Éditorial

 
La plus grande perturbation qu’ait connue l’École du Louvre, sans doute depuis plus d’un demi-siècle, a été naturellement la fermeture intervenue le 13 mars 2020 du fait du confinement causé par la pandémie de Covid 19. Nous en vivons encore aujourd’hui les conséquences. Comme tous les établissements publics du monde de la culture, l’École du Louvre a été frappée de plein fouet. Il a fallu, dans des délais très courts, organiser au mieux la continuité d’activité, administrative comme pédagogique. La grande majorité des cours interrompus a été complétée par des éléments pédagogiques accessibles à tous les publics sur l’extranet de l’École, les examens, simplifiés et organisés pour la première fois en ligne, ont pu être maintenus pour l’ensemble des élèves, une Lettre hebdo du confinement, riche en propositions culturelles au plus près de la programmation de cours initiale, a été mise en place à l’intention de nos auditeurs.
 
Tout au long de ces mois, j’ai cependant conservé la conviction que l’École du Louvre, par son histoire, sa localisation au palais du Louvre, par l’irréductibilité de son modèle, par son statut d’Etablissement public sous la tutelle du ministère de la Culture, demeurait un établissement à la singularité très affirmée, combinant de manière originale un enseignement et une recherche en prise directe avec les musées et les problématiques patrimoniales, une formation d’excellence aux métiers des mondes de l’art dans les sphères publiques comme privées, une diffusion culturelle largement ouverte à des publics de plus en plus diversifiés, dans les territoires comme à l’extérieur des frontières de la France.
J’ai également apprécié le professionnalisme, le dynamisme, la capacité de résilience et de renouvellement des équipes dont j’ai la responsabilité. Programmer et coordonner un enseignement à destination de plus de 1 600 élèves, 15 000 auditeurs, assuré par plus de 700 enseignants dans 23 villes, avec plus de 50 partenaires internationaux, est un défi qui a été relevé par une équipe restée très motivée malgré les circonstances.
 
Et l’École rebondit. Elle ouvre, pour cette rentrée, deux campus : son campus traditionnel, dans ses locaux parisiens comme avec ses partenaires dans les territoires, et, nouveauté, un campus numérique. Ainsi, elle peut maintenir l’ampleur et la diversité de ses programmes.
 
Pour offrir un maximum de sécurité dans nos espaces (amphithéâtres et salles remplies à demi-jauge) et préserver le modèle pédagogique spécifique de l’École, les cours de spécialité et les travaux dirigés devant les œuvres ainsi que les séminaires seront maintenus « en présentiel » et in situ. En revanche, trois modalités différentes d’enseignement numérique ont été choisies : le cours enregistré et disponible une semaine en différé, pour l’« Histoire générale de l’art » en premier cycle des élèves et pour le tronc commun de premier cycle de M1 ; la classe virtuelle, avec possibilité d’interactivité, pour les cours des langues ; enfin, les cours accessibles en retransmission simultanée, par des auditeurs des cours dispensés le soir dans l’amphithéâtre Rohan. La mise en place, dans un délai extrêmement contraint, de ces nouvelles modalités d’enseignement a été rendue possible par un engagement exceptionnel des services de l’École.
 
De nouveaux développements pédagogiques sont ouverts par les possibilités offertes par le numérique : l’avenir de l’École s’écrit aussi par des lignes courbes, et l’épreuve du confinement aura accéléré le rythme de sa modernisation.
 
L’École se réjouit de pouvoir poursuivre les projets qu’elle a engagés début 2020 : l’un des plus importants est la réalisation des travaux visant à la création du Centre de recherche, à la rénovation de la bibliothèque, de la cafétéria, au réaménagement des bureaux du service informatique et des services documentaires (la surface à réaménager représentant environ 1 300 m2). Ils étaient et demeurent prévus pour l’été 2021, dans un calendrier qui a pu être maintenu grâce à l’engagement exemplaire de tous les partenaires. L’École a signé une convention de mandat de maîtrise d’ouvrage avec l’OPPIC et retenu la candidature de l’architecte Heleen Hart (Hart Berteloot Atelier Achitecture Territoire). Un ambitieux projet rendu possible grâce à l’apport exceptionnel du mécénat de M. Majid Boustany, à hauteur de plus de 2 millions d’euros.
 
Les enjeux sont forts, et vont correspondre à une offre de service nouvelle pour nos publics. En ce qui concerne la bibliothèque, il s’agit non seulement d’augmenter le nombre de places de lecture (l’ambition du projet actuel consiste à passer de 100 à 160 places assises) mais de mieux répondre aux nouveaux usages des lecteurs étudiants : accès libre de l’ensemble des ouvrages, flexibilité et modularité du mobilier permettant différents types de lecture (traditionnelle, simple consultation, usage des outils numériques, travail collectif...). L’objectif est de renforcer la lecture comme pratique essentielle pour les élèves de premier cycle d’études, en complément de l’assimilation des cours et de la fréquentation des musées et lieux patrimoniaux.
L’ouverture du Centre de recherche est une ambition qui découle de la création d’une Equipe de recherche en 2012. Les programmes de recherche portés par les quatre chercheurs permanents se sont progressivement étoffés, bénéficiant de l’accueil de post-doctorants (actuellement au nombre de 4) mais dans des conditions matérielles précaires. Le nombre des chercheurs associés a lui aussi progressé (11 chercheurs actuellement) mais l’École a jusqu’alors renoncé à lancer des invitations à des chercheurs étrangers faute de pouvoir les accueillir correctement. L’installation concrète du Centre de recherche dans une proximité étroite avec la bibliothèque permettra une meilleure visibilité et un développement plus efficace de collaborations, ainsi que d’ateliers de formation à la recherche destinés aux élèves de troisième cycle, en complément de la politique de séminaires, journées d’étude et colloque programmés dans les salles et amphithéâtres de l’établissement.
 
Claire Barbillon,
directrice de l’École du Louvre





Rentrées 2020.2021

 
Dans le souci de la santé de tous, l'École du Louvre a mis en place toutes les mesures sanitaires nécessaires pour assurer une rentrée sereine : distanciation physique, occupation d'une place sur deux dans l'ensemble des espaces pédagogiques de l'établissement, adaptation des circuits de circulation, obligation du port du masque, application stricte des gestes barrières, mise à disposition de bornes distributives de gel hydro-alcoolique, désinfection régulière des locaux...
Une rentrée qui se déroulera du 4 septembre, avec la journée d’accueil et d'intégration des nouveaux élèves de premier et deuxième cycles, au 1er octobre avec la rentrée des élèves-doctorants de troisième cycle.
 
Élèves de premier cycle
Première année (journée d'accueil) : vendredi 4 septembre, 9h30 (voir article suivant)
Deuxième année (séance de rentrée) : jeudi 10 septembre, 9h00, amphithéâtre Rohan
Troisième année (séance de rentrée) : jeudi 10 septembre, 14h00, amphithéâtre Rohan
 
....................................................................................................................................................................................
 
Élèves de deuxième cycle
Première année (séance de rentrée) : mercredi 16 septembre, 13h30, amphithéâtre Rohan
Deuxième année (séance de rentrée) : mercredi 9 septembre, 14h00, amphithéâtre Rohan
 
....................................................................................................................................................................................
 
Élèves de troisième cycle
jeudi 1er octobre, 17h30, amphithéâtre Goya
 
....................................................................................................................................................................................
 
Élèves de classe préparatoire aux concours de conservateur
lundi 28 septembre, 11h00 amphithéâtre Michel-Ange
 
....................................................................................................................................................................................
 
Auditeurs, cours d'histoire de l'art et des civilisations (anciens « cours du jour »)
 
Histoire générale de l'art (en journée)
Première année, Histoire générale de l'art HGA1a (séance de rentrée) :
Mardi 8 septembre, 9h00 (amphithéâtre Rohan)
Première année, Histoire générale de l'art HGA1b (séance de rentrée) :
Mardi 8 septembre, 11h00 (amphithéâtre Rohan)
Deuxième année, Histoire générale de l'art HGA2a (séance de rentrée) :
Mardi 8 septembre, 14h30 (amphithéâtre Rohan)
Deuxième année, Histoire générale de l'art HGA2b (séance de rentrée) :
Mardi 8 septembre, 16h00 (amphithéâtre Rohan)
Troisième année, Histoire générale de l'art HGA3a (séance de rentrée) :
Lundi 7 septembre, 8h30 (amphithéâtre Rohan)
Troisième année, Histoire générale de l'art HGA3b (séance de rentrée) :
Lundi 7 septembre, 10h30 (amphithéâtre Rohan)
 
Histoire générale de l'art (en soirée)
Troisième année, Histoire générale de l'art bis (séance de rentrée) :
Lundi 7 septembre, 20h00 (amphithéâtre Rohan)
 
Histoire des civilisations (en soirée)
Histoire des sociétés occidentales (séance de rentrée)
XVIIe-XVIIIe siècles
jeudi 10 septembre, 20h00 (amphithéâtre Rohan)
 
Cours de spécialité (en journée)
31 disciplines : voir programme
 
Cours d'iconographie, d'épigraphie, d'héraldique et de numismatique (en journée)
10 disciplines : voir programme
 
Travaux dirigés devant les oeuvres (en journée)
66 cycles : voir programme
 
....................................................................................................................................................................................
 
Auditeurs, cours d'initiation à l'histoire de l'art (anciens « cours du soir »)
Initiation à l'histoire générale de l'art (séances de rentrées) :
Mardi 1er septembre, 18h30 (amphithéâtre Rohan)
Mardi 1er septembre, 20h15 (amphithéâtre Rohan)
Mercredi 2 septembre, 20h15 (amphithéâtre Rohan)
Jeudi 3 septembre, 18h15 (amphithéâtre Rohan)
 
Initiation aux techniques de création et principes de restauration des oeuvres (séance de rentrée) :
Lundi 7 septembre, 18h15 (amphithéâtre Rohan)
 
....................................................................................................................................................................................
 
Auditeurs, cours en régions
23 villes, musées et associations partenaires : Ajaccio, Amiens (nouvelle ville), Angers, Auxerre, Caen, Châtellerault (nouvelle ville), Dijon, Lens, Limoges, Lyon, Marseille, Montpellier, Moulins (nouvelle ville), Nancy, Nevers, Nice, Nîmes, Niort, Poitiers, Quimper, Reims, Roubaix, Troyes.
voir programmes

 
AMPHITHÉÂTRE ROHAN, ÉCOLE DU LOUVRE




Journée d’accueil des nouveaux élèves... journée d’intégration

 
Le vendredi 4 septembre 2020, l’École du Louvre organise, en collaboration avec les associations et clubs étudiants de l’établissement, sa journée d’accueil et d'intégration des nouveaux élèves de premier et deuxième cycles. Cette année, afin d'accueillir les nouveaux élèves dans les meilleures conditions sanitaires possibles, les séances de présentation de la formation et de la vie scolaire seront dédoublées, permettant remplir une gestion des flux en accord avec les obligations de distanciation physique.
 
Pour les nouveaux élèves de première année de premier cycle :
Groupe 1 : de 9h30 à 10h30 (amphithéâtre Rohan)
Accueil par la directrice de l'École et présentation générale de la formation par la directrice des études.
Groupe 2 : de 11h00 à 12h00 (amphithéâtre Rohan)
Accueil par la directrice de l'École et présentation générale de la formation par la directrice des études.
 
de 9h30 à 12h30 (dans les espaces de Flore)
.Forum des cours de spécialité (présentation des différents cours de spécialité par des enseignants et des représentants des élèves).
.Portes ouvertes à la bibliothèque.
 
de 12h15 à 14h00 (jardin du Carrousel)
Pique-nique du Bureau des élèves.
 
Groupe 1 : de 14h00 à 15h30 (amphithéâtre Rohan)
.Séance « vie scolaire » pour une plongée dans la vie étudiante et le fonctionnement de la scolarité : les cours, les examens, les bourses, les dispenses d'assiduité, l'année de césure, Extranet, Moodle, les élections...
Groupe 2 : de 16h00 à 17h30 (amphithéâtre Rohan)
.Séance « vie scolaire » pour une plongée dans la vie étudiante et le fonctionnement de la scolarité : les cours, les examens, les bourses, les dispenses d'assiduité, l'année de césure, Extranet, Moodle, les élections...
 
de 14h00 à 17h00 (dans les espaces de Flore)
.Forum des associations
Association de l'École du Louvre, Bureau des élèves (Archéoclub, Calliope, chorale, ciné-club, défilé de l'histoire, jeux, Louvr'boite, marché de l'art, Mauvais Genre(s), Mens Sana, orchestre, photo, théâtre), Association sportive, Junior entreprise, Aumônerie.
.Vie étudiante
Présentation des actions mises en œuvre par l’Ecole dans le cadre de la CVEC (contribution vie étudiante et de campus) : formation premiers secours, ateliers de gestion du stress, techniques de mémorisation, utilisation des réseaux sociaux, etc...
 
Pour les élèves entrant en premier cycle par équivalence :
de 9h30 à 12h30 (dans les espaces de Flore)
.Forum des cours de spécialité (présentation des différents cours de spécialité par des enseignants et des représentants des élèves).
.Portes ouvertes à la bibliothèque.
 
de 12h15 à 14h00 (jardin du Carrousel)
.Pique-nique du Bureau des élèves.
 
de 14h00 à 15h30 (amphithéâtre Rohan)
.Séance « vie scolaire » de premier cycle pour une plongée dans la vie étudiante et le fonctionnement de la scolarité : les cours, les examens, les bourses, les dispenses d'assiduité, l'année de césure, Extranet, Moodle, les élections...
 
de 14h00 à 17h00 (dans les espaces de Flore)
.Forum des associations
Association de l'École du Louvre, Bureau des élèves (Archéoclub, Calliope, chorale, ciné-club, défilé de l'histoire, jeux, Louvr'boite, marché de l'art, Mauvais Genre(s), Mens Sana, orchestre, photo, théâtre), Association sportive, Junior entreprise, Aumônerie.
.Vie étudiante
Présentation des actions mises en œuvre par l’Ecole dans le cadre de la CVEC (contribution vie étudiante et de campus) : formation premiers secours, ateliers de gestion du stress, techniques de mémorisation, utilisation des réseaux sociaux, etc...
 
Pour les élèves entrant en deuxième cycle par équivalence :
de 10h30 à 12h30 (dans les espaces de Flore)
.Portes ouvertes à la bibliothèque.
 
de 12h15 à 14h00 (jardin du Carrousel)
.Pique-nique du Bureau des élèves.
 
de 14h00 à 15h00 (amphithéâtre Dürer)
.Séance « vie scolaire » du deuxième cycle pour une plongée dans la vie étudiante et le fonctionnement de la scolarité : les cours, les examens, les bourses, les dispenses d'assiduité, Extranet, Moodle, les élections...
 
de 14h00 à 17h00 (dans les espaces de Flore)
.Forum des associations
Association de l'École du Louvre, Bureau des élèves (Archéoclub, Calliope, chorale, ciné-club, défilé de l'histoire, jeux, Louvr'boite, marché de l'art, Mauvais Genre(s), Mens Sana, orchestre, photo, théâtre), Association sportive, Junior entreprise, Aumônerie.
.Vie étudiante
Présentation des actions mises en œuvre par l’Ecole dans le cadre de la CVEC (contribution vie étudiante et de campus) : formation premiers secours, ateliers de gestion du stress, techniques de mémorisation, utilisation des réseaux sociaux, etc...

 
PIQUE-NIQUE D'INTÉGRATION, ÉCOLE DU LOUVRE




École du Louvre-2021

 
Le 8 juin dernier, le ministre de la Culture, Claire Barbillon (directrice de l’École du Louvre) et Majid Boustany (mécène du projet), ont annoncé le lancement de l’opération ÉCOLE DU LOUVRE 2021, un projet d’architectural d’exception (près de 1300 m²) qui va reconfigurer l’établissement avec une bibliothèque réinventée, la création d’un Centre de recherche et le réaménagement de la cafétéria et des services documentaire et informatique.
Les travaux ont été confiés à l‘agence Hart Berteloot Architectes et se dérouleront au cours de l’été 2021.
 
Claire Barbillon et Majid Boustany nous en disent plus :
 
Pourquoi de grands travaux à l’École du Louvre en 2021 ?
Claire Barbillon. Si l’École bénéficie de locaux exceptionnels, réalisés en 1998 sous la direction d’Antoine Stinco dans le cadre du projet Grand Louvre, près d’un quart de siècle après ce réaménagement d’envergure, de nouveaux et impérieux besoins se sont fait sentir. Des besoins liés à la croissance même de l’École, aux évolutions pédagogiques, aux transformations des pratiques étudiantes, au déploiement de la recherche et au développement continu des technologies numériques dans les domaines de l’enseignement et de la bibliothéconomie. C’est fort de ces constats que le projet ÉCOLE DU LOUVRE 2021 s’est constitué, avec le réaménagement de la bibliothèque et des services connexes, la création d’un centre de recherche et la rénovation de la cafétéria.
 
Une nouvelle bibliothèque ?
Claire Barbillon. La bibliothèque de l’École du Louvre, installée dans son niveau bas, a été conçue comme une traditionnelle bibliothèque d’étude et de recherche à la fin du siècle dernier et doit être repensée comme un complexe d’étude et de recherche contemporain au cœur de l’École et de sa pédagogie. Chacun sait, en commençant des études à l’École du Louvre, qu’il va fréquenter les salles de cours et celles des musées. L’aller et retour entre les deux est notre « ADN ». Mais la bibliothèque est en fait le troisième lieu fondamental de la vie d’un élève de l’École, c’est plus qu’un passage obligé, c’est le lieu de l’autonomie intellectuelle, enrichissant l’approche sensible des oeuvres par les lectures et les recherches qui permettent de comprendre en profondeur ce que l’on voit, de compléter les cours, les travaux-dirigés, les séminaires...
Mais aujourd’hui, une bibliothèque, n’est plus seulement un endroit où l’on lit. C’est à la fois encore tout à fait cela et beaucoup plus. Les bibliothèques actuelles, dans les contextes universitaires internationaux, doivent offrir des espaces de consultation multimédia, un accès libre aux livres, des outils de recherche digitaux dédiés, la possibilité de travailler à plusieurs, de s’isoler... le tout dans des espaces ergonomiques, esthétiques et écoresponsables. C’est le projet de l’Ecole du Louvre (1).
Prolongement de la restructuration des espaces documentaires, le réaménagement des services documentaires et informatique est également intégré dans le programme des travaux pour leur donner les moyens de leur développement dans des espaces adaptés.
 
Pourquoi un centre de recherche à l’École du Louvre ?
Claire Barbillon. La recherche est indissociable de l’enseignement. Tout établissement d’enseignement supérieur les relie, et ma conviction intime, moi qui ai été longtemps enseignante-chercheuse, est que l’on ne donne jamais un meilleur cours que lorsqu’il est issu de la recherche que l’on conduit parallèlement. Mon prédécesseur, Philippe Durey, a eu la conviction qu’il fallait renforcer la visibilité de la recherche au sein de l’École, une recherche spécifique conduite au plus près des collections de musée, des biographies d’objets, de la muséologie... Il a créé une équipe de recherche permanente qui s’est développée, non seulement en animant des projets de recherche, avec de nombreux partenaires, mais en accompagnant les doctorants (près de 80), par des ateliers méthodologiques, des séminaires d’actualité, du suivi individuel... Je souhaite qu’un nouveau pas soit franchi en créant un véritable Centre de recherche, avec bureaux et capacité d’accueil de chercheurs étrangers. Cela donnera une dynamique supplémentaire au développement des projets !
 
Et la cafétéria ?
Claire Barbillon. Pas de vie d’une communauté, d’élèves, d’auditeurs, d’enseignants et de chercheurs sans rencontres informelles, et pas de lieu plus adapté, pour cela, qu’une cafétéria ! La nôtre est très fréquentée, très appréciée, mais nous considérons que son aménagement peut être amélioré. Nous ne la transformerons jamais, pour des raisons de place, en un espace de véritable restauration, mais le projet est d’en faire un « tiers lieu » original, fortement connecté, ouvert sur de nombreux échanges et usages alternatifs.
 
Comment financer un tel projet ?
Claire Barbillon. Un tel projet n’aurait pu voir le jour sans le soutien d’un mécène.
Ainsi dans cet ambitieux programme de travaux, le réaménagement de la bibliothèque et la création du Centre de recherche, a été rendu possible grâce à M. Majid Boustany, fondateur et président de la Francis Bacon MB Art Foundation, avec le plus important soutien jamais alloué à une institution d’enseignement du ministère de la Culture.
 
M. Boustany, quels sont vos liens avec l’École du Louvre ?
Majid Boustany. J’ai conclu en 2016, à travers la Francis Bacon MB Art Foundation Monaco (2), un partenariat avec l’École du Louvre qui permet d’octroyer, tous les quatre ans, une bourse de recherche à un doctorant de l’école dont les travaux portent sur le peintre Francis Bacon ou ayant un lien direct avec l’artiste (étude comparative entre Bacon et un ou plusieurs artiste(s), études thématiques se rapportant à son oeuvre ou sa pratique picturale...). J’ai ensuite été invité à donner une conférence sur « Francis Bacon, Monaco et la culture française » à l’École du Louvre à l’occasion de l’exposition Bacon organisée par le Grimaldi Forum à Monaco en 2016, sous l’égide de ma Fondation.
Ces premières collaborations avec l’École m’ont permis de découvrir une institution passionnante et singulière, attenante au plus grand musée du monde, et à proximité d’institutions muséales majeures, ainsi qu’un modèle unique de transmission et des enseignants passionnés par leur mission pédagogique.
 
Comment êtes-vous devenu le mécène de ce projet ?
Majid Boustany. Dans le cadre du partenariat que j’ai noué avec l’École du Louvre, j’ai été présenté à Claire Barbillon qui prenait ses fonctions de directrice de l’École en 2017. J’ai tout de suite été fasciné par son parcours original, son envie de transmettre et ses ambitions pour l’avenir de l’établissement. Nous avons longuement échangé ainsi qu’avec ses équipes sur divers sujets en rapport avec l’art, sur l’école, sa pédagogie, ses projets et ses élèves. Lorsqu’en 2018 Claire Barbillon m’a fait part de son souhait de lancer un vaste programme de travaux sur le site de l’aile de Flore du Palais du Louvre, avec le réaménagement de la bibliothèque et de ses services documentaires, de la cafétéria et de la création d’un centre de recherche, j’ai immédiatement été séduit par ce projet visionnaire. J’ai, peu de temps après, proposé de soutenir l’ensemble du projet.
Je dois également avouer que ma décision de financer cet ambitieux programme vient également de ma passion pour le plus francophile des peintres anglais : Francis Bacon. Celui-ci était un visiteur régulier des musées parisiens et notamment du musée du Louvre, dont certaines œuvres furent d’ailleurs sources d’inspiration pour ses propres toiles.
 
Quelles sont vos autres actions philanthropiques ?
Majid Boustany. La Francis Bacon MB Art Foundation, que j’ai créée en 2014, est une institution à but non lucratif ayant vocation à promouvoir une meilleure compréhension de l’œuvre, de la vie et de la pratique picturale de Francis Bacon, en apportant une attention toute particulière à la période durant laquelle il vécut et travailla à Monaco et en France.
Les actions philanthropiques de notre Fondation englobent le soutien aux doctorants de l’École du Louvre et des artistes de la Villa Arson, l’aide à la publication et aux documentaires sur l’artiste britannique, et la participation à des expositions liées à Francis Bacon au travers de prêts ou de soutien financier, en collaboration avec des institutions nationales et internationales. Par ailleurs, notre institution ouvre ses portes toute l’année aux chercheurs et aux historiens de l’art ainsi qu’au public dans le cadre de visites guidées et gratuites. Je viens également de créer un fonds de dotation avec le musée du Louvre dont les revenus ont pour vocation de soutenir la restauration d’œuvres du musée que Francis Bacon admirait.
 
Enfin, quel est votre souhait pour ce projet avec l’Ecole du Louvre ?
Majid Boustany. Je souhaite que ce grand projet apporte à cette prestigieuse école un atout stratégique essentiel pour son futur rayonnement national et international.
 
....................................................................................................................................................................................
 
1. Il s’agit d’optimiser les espaces de la bibliothèque, d’actualiser la politique documentaire et d’adapter le fonctionnement en lien avec les pratiques de demain, pour :
offrir davantage de places assises avec des typologies de consultation variées ;
revaloriser l’offre numérique tout en conservant le rapport formateur au livre ;
réaménager l’espace public, les réserves et les bureaux ;
innover en termes technologiques (connectique, automates, informatique...) ;
favoriser le libre-accès aux documents et l’autonomie des lecteurs ;
répondre aux besoins sociaux et collaboratifs des étudiants ;
optimiser les conditions d’étude ;
permettre le travail collectif, les réunions et les formations ;
améliorer l’accueil et les conditions d’étude dans un cadre esthétique et écoresponsable.

2. Basée à Monaco, où le peintre a longuement séjourné et travaillé, la Francis Bacon MB Art Foundation est une institution à but non lucratif consacrant ses activités à l’étude de l’oeuvre, de la vie et du processus créatif de Francis Bacon.

 
CLAIRE BARBILLON ET MAJID BOUSTANY ©EDL/ML




Nouveaux enseignants (premier cycle)

 
Chaque année, plus de 160 intervenants, conservateurs, universitaires, chercheurs, professionnels des musées et du patrimoine, participent à l'enseignement du premier cycle. Certains pour une intervention ponctuelle, d'autres, enseignants et chargés de cours, pour un programme complet.
Cette année, les cours suivants sont dispensés par de nouveaux enseignants :
 
Premier cycle (cours de tronc commun 2020.2021) :
 
 
Méthodologie (première année)
Les techniques de recherche documentaire : outils fondamentaux
Alexandre Asanovic,
conservateur des bibliothèques
chef des services documentaires, École du Louvre
 
....................................................................................................................................................................................
 
Orientation professionnelle (première année)
L’archéologie préventive en France
Olivier Blin,
directeur adjoint scientifique et technique, Centre Archéologique de Pantin,
chargé de la coordination de la recherche et partenariats scientifiques des interrégions, INRAP
 
....................................................................................................................................................................................
 
Méthodologie (deuxième année)
Les techniques de recherche documentaire :recherche d'images et d'articles de revues
Alexandre Asanovic,
conservateur des bibliothèques
chef des services documentaires, École du Louvre
 
....................................................................................................................................................................................
 
Méthodologie (troisième année)
Méthodologie
Pascale Cugy,
docteure en histoire de l'art, coordinatrice scientifique, Institut national d'histoire de l'art

 
STATUETTE DE TAHARQA ET LE DIEU FAUCON, MUSÉE DU LOUVRE


Premier cycle (cours de spécialité 2020.2021) :
 
Archéologie de l’Europe pré et proto-historique
Cours organique :
Les Néandertaliens, de -300 000 à -30 000 ans en Europe.
Dominique Cliquet,
Conservateur général du patrimoine, Service régional de l'Archéologie de Normandie
Catherine Schwab,
conservatrice en chef du patrimoine, musée d'Archéologie nationale, Saint-Germain-en-Laye
 
Cours de synthèse :
Le paléolithique, cadre chronologique et culturel.
Dominique Cliquet,
conservateur général du patrimoine, Service régional de l'Archéologie de Normandie
Catherine Schwab,
conservatrice en chef du patrimoine, musée d'Archéologie nationale, Saint-Germain-en-Laye
 
....................................................................................................................................................................................
 
Archéologie de la Gaule
Cours organique:
La Gaule de l’âge du Fer dans l’Europe celtique (VIe-Ier siècles av. J.-C.)
Nathalie Ginoux,
maîtresse de conférences (HDR) en art et archéologie des mondes celtes,
responsable du master recherche-Archéologie, Sorbonne Université
 
Cours de synthèse :
Lieux de culte, pratiques et croyances en Gaule préromaine.
Sébastien Nieloud-Muller,
docteur en archéologie, chargé d'enseignements, Sorbonne Université Faculté des Lettres Université Lumière Lyon 2
 
Travaux pratiques :
Elisabeth Goussard,
doctorante, Ecole Pratique des Hautes études
 
....................................................................................................................................................................................
 
Histoire de l’art et archéologie de l’Égypte
Cours de synthèse :
L’Égypte de la 25e dynastie et le Soudan des royaumes napatéens (VIIIe-IIIe siècles av. J.-C.).
Marie Millet,
archéologue, département des antiquités égyptiennes, musée du Louvre
Faïza Drici
docteure en archéologie, collaboratrice scientifique, département des antiquités égyptiennes, musée du Louvre
 
Cours de synthèse :
Des origines au Moyen Empire
Julien Siesse,
documentaliste scientifique, département des antiquités égyptiennes, musée du Louvre
et Équipe mondes pharaoniques du Laboratoire Orient & Méditerranée (UMR 8167)
 
....................................................................................................................................................................................
 
Archéologie orientale
Cours organique:
Aux origines de l'art anatolien, du néolithique au bronze ancien (10 000-2000 avant J.-C.)
Vincent Blanchard,
conservateur du patrimoine, adjoint à la directrice, département des antiquités orientales, musée du Louvre
 
Cours de synthèse :
L’archéologie du Levant, du néolithique à l’époque romaine.
Vincent Blanchard,
conservateur du patrimoine, adjoint à la directrice du département des antiquités orientales, musée du Louvre
Hélène Le Meaux,
conservatrice en chef du patrimoine, département des antiquités orientales, musée du Louvre
 
....................................................................................................................................................................................
 
Histoire de l'art et archéologie du monde grec
Cours organique :
L’apogée de la céramique attique à figures rouges, 480-450 av. J.-C.
Cécile Colonna,
conservatrice en chef du patrimoine, département des antiquités grecques, étrusques et romaines, musée du Louvre
 
Cours de synthèse :
Art et artisanat dans le monde grec à l'époque classique
Louise Detrez,
conservatrice du patrimoine, département des Monnaies et des Antiques, Bibliothèque Nationale de France
 
....................................................................................................................................................................................
 
Histoire de l'art et archéologie du monde romain
Cours de synthèse :
Le décor privé au Haut-Empire, de l'Italie aux provinces.
Clara Bernard,
conservatrice du patrimoine, filière archéologie et ethnographie, département restauration,
Centre de recherche et de restauration des musées de France
 
....................................................................................................................................................................................
 
Histoire de l'art et archéologie des mondes paléochrétien, copte et byzantin
Cours de synthèse :
Architecture et art paléochrétien en Gaule, IVe-VIe siècle.
François Pacha Miran,
doctorant en histoire de l’art de l’Orient chrétien, École Pratique des Hautes Études, Labex ResMed — PSL Research University
 
....................................................................................................................................................................................
 
Patrimoine et archéologie militaires
Cours organique :
« L’armure avant l’armure » :
introduction à l’étude des équipements défensifs entre le Ve siècle et la fin du XIVe siècle.
Olivier Renaudeau,
conservateur du patrimoine, département Ancien Régime, musée de l’Armée
 
Cours de synthèse :
La guerre franco-allemande de 1870-1871, vestiges archéologiques,
mémoire et réception dans les collections muséales françaises et étrangères
Christophe Pommier,
conservateur-adjoint, département Artillerie, musée de l'Armée
Introduction à l'étude des uniformes
et équipements des armées de la Troisième République.
Jordan Gaspin,
chargé d'études documentaires, musée de l'Armée
 
....................................................................................................................................................................................
 
Histoire des arts de l’Extrême-Orient
Cours organique :
Le royaume du Koryo (918-1392).
Maël Bellec,
conservateur du patrimoine, département arts graphiques et archéologie chinoise, musée Cernuschi, Paris
 
....................................................................................................................................................................................
 
Histoire des arts de l'Islam
Cours organique :
Les arts de l’Islam en Asie centrale.
Sandra Aube Lorain,
docteure en histoire de l’art, chargée de recherche, CNRS, Centre de recherche sur le monde iranien (CeRMI, UMR 8041)
Annabelle Collinet,
ingénieure d’études, chargée de collection Monde iranien médiéval, département des arts de l’Islam, musée du Louvre
 
....................................................................................................................................................................................
 
Histoire des arts de l'Afrique
Cours organique :
L’Afrique des routes : les arts africains à l’aune de l’histoire des échanges (1/3).
Alexandre Girard-Muscagorry,
conservateur du patrimoine, chargé des musiques et cultures non occidentales, musée de la musique,
Cité de la musique-Philharmonie de Paris
 
....................................................................................................................................................................................
 
Histoire et anthropologie des arts de l’Océanie
Cours organique :
L’art contemporain en Papouasie-Nouvelle-Guinée.
Nicolas Garnier,
conservateur du patrimoine, responsable d’unité patrimoniale Océanie-Insulinde, musée du quai Branly-Jacques Chirac
 
....................................................................................................................................................................................
 
Arts des Amériques
Cours organique :
Symbolisme et iconographie dans l’art précolombien : les Mochica du Pérou.
Steve Bourget,
archéologue, responsable de collections Amériques, musée du quai Branly-Jacques Chirac
 
Cours de synthèse :
L’Empire inca. Arts et expression du pouvoir dans le Andes préhispaniques
Paz Nunez-Regueiro,
conservatrice en chef du patrimoine, responsable de l'unité patrimoniale Amériques, musée du quai Branly-Jacques Chirac
 
....................................................................................................................................................................................
 
Histoire de l'architecture occidentale
Cours de synthèse :
Lʼarchitecture européenne à l’époque moderne.
Nicolas Courtin,
docteur en histoire de l'art, chargé de mission, commission du Vieux Paris - DAC Ville de Paris
 
....................................................................................................................................................................................
 
Histoire de la sculpture du Moyen Age, de la Renaissance et des Temps modernes
Cours organique :
Sculpture de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge (IVe-VIIIe siècle).
Anne-Bénédicte Mérel-Brandenburg,
docteure en histoire de l’art et archéologie, membre de l’Équipe de recherche, École du Louvre
Pierre-Yves Le Pogam,
conservateur en chef du patrimoine, département des sculptures, musée du Louvre
 
Cours de synthèse
La sculpture en Europe : Renaissance - XVIIe siècle.
Valérie Carpentier,
conservatrice du patrimoine, département des sculptures, musée du Louvre
 
Travaux pratiques :
Sarah Héquette,
titre à confirmer
 
....................................................................................................................................................................................
 
Architecture, décor et ameublement des grandes demeures
Cours de synthèse :
Grandes demeures de la Renaissance
Muriel Barbier,
conservatrice du patrimoine, inspectrice des collections, Mobilier national - Manufactures nationales
 
Travaux pratiques :
Caroline Eude-Devaux,
titre à confirmer
 
....................................................................................................................................................................................
 
Histoire des arts décoratifs
Cours organique :
La céramique, art de la table et art de vivre aux XVIIe-XVIIIe siècles.
Anaïs Boucher,
conservatrice du patrimoine, collections de céramiques archéologiques de terres cuites et de faïences du XVIIe au XIXe siècle,
Cité de la Céramique-Sèvres
Viviane Mesqui,
conservatrice du patrimoine, chargée des collections de porcelaine française et européenne,
de faïence fine et de verre du XVIIIe siècle, Cité de la Céramique-Sèvres
 
Cours de synthèse :
De la Renaissance au XVIIe siècle (1450-1650)
Françoise Barbe,
conservatrice en chef du patrimoine, département des objets d'art, musée du Louvre
Anne Labourdette,
conservatrice du patrimoine, département des objets d'art, musée du Louvre
Philippe Malgouyres,
conservateur en chef du patrimoine, département des objets d'art, musée du Louvre
 
Travaux pratiques :
Pauline Michaud,
doctorante en histoire de l'art
 
....................................................................................................................................................................................
 
Histoire de la mode et du costume
Cours organique :
Cheveux et poils.
Sophie Lemahieu,
historienne de l'art, ethnologue, régisseuse des collections de costumes, Comédie-Française
 
Cours de synthèse :
Modes et pratiques vestimentaires de l'éclectique XIXe siècle.
Bastien Salva,
historien de l'art et de la mode, diplômé de l'École du Louvre,
enseignant, GRETA Création, design et métiers d'art
 
....................................................................................................................................................................................
 
Histoire de la peinture (école française)
Cours organique :
Nicolas Poussin, peintre de l’amour.
Nicolas Milovanovic,
conservateur en chef du patrimoine, département des peintures, musée du Louvre
Mickaël Szanto,
maître de conférences en histoire de l’art des Temps modernes, Centre André Chastel, Sorbonne Université
 
....................................................................................................................................................................................
 
Histoire de la peinture (école étrangère)
Cours de synthèse :
De Nuno Gonçalves à Sequeira. Trois siècles de peinture portugaise.
Philippe Mendès,
historien de l'art, galeriste
 
....................................................................................................................................................................................
 
Histoire du dessin
Cours organique :
Capturer l’âme humaine. L’art du pastel selon Maurice Quentin de La Tour.
Xavier Salmon,
conservateur général du patrimoine, directeur du département des arts graphiques, musée du Louvre
 
Cours de synthèse :
Renaissance et Maniérisme en Italie.
Laura Angelucci,
ingénieure d'études, chargée de recherche, département des arts graphiques, musée du Louvre
Renaissance et Maniérisme au nord des Alpes.
Olivia Savatier,
conservatrice du patrimoine, département des arts graphiques, musée du Louvre
 
Travaux pratiques :
Hélène Meyer,
conservatrice générale du patrimoine, département des arts graphiques, musée du Louvre
 
....................................................................................................................................................................................
 
Histoire de l'estampe
Cours organique :
L’eau-forte aux XVIe et XVIIe siècles.
Vanessa Selbach,
conservatrice en chef du patrimoine, département des Estampes et de la Photographie,
cheffe du service de l’estampe ancienne et de la réserve, Bibliothèque nationale de France
Caroline Vrand,
conservatrice du patrimoine, adjointe de la directrice,
département des estampes et de la photographie, Bibliothèque nationale de France
 
Cours de synthèse :
L'histoire de l'estampe aux XIXe et XXe siècles.
Céline Chicha-Castex,
conservatrice du patrimoine, responsable du fonds d'estampes modernes,
département des estampes et de la photographie, Bibliothèque nationale de France
Valérie Sueur-Hermel,
conservatrice en chef du patrimoine, responsable du fonds d'estampes du XIXe siècle,
département des estampes et de la photographie, Bibliothèque nationale de France
 
....................................................................................................................................................................................
 
Histoire de l'art au XIXe et au début du XXe siècle
Cours de synthèse :
La première moitié du XIXe siècle, du néoclassicisme aux romantismes.
Aude Nicolas,
diplômée de l'École du Louvre, docteure en histoire de l'art, experte de collections histoire de l'art et patrimoine,
Délégation au patrimoine de l'armée de Terre
 
Travaux pratiques :
Clara Lespessailles,
doctorante École du Louvre - Université de Tours
Marine Sorin,
doctorante en Histoire de l’art du XIXe siècle, Université de Poitiers
Marie Gevart-Dekaeke,
docteure en histoire de l'art contemporain, Université Paris Nanterre, Ecole du Louvre
 
....................................................................................................................................................................................
 
Histoire du XXe siècle
Cours organique :
Le cubisme.
Brigitte Léal,
conservatrice générale du patrimoine, directrice adjointe, musée national d’art moderne-Centre Georges Pompidou
 
....................................................................................................................................................................................
 
Art contemporain
Travaux pratiques :
Juliette Bessette,
doctorante, Sorbonne Université
Thibault Boulvain,
docteur en histoire de l'art, Université Panthéon-Sorbonne
chercheur associé, École du Louvre
 
....................................................................................................................................................................................
 
Histoire de la photographie
Cours organique :
Continents ignorés de la photographie.
Christine Barthe,
responsable de l’Unité Patrimoniale Photographie, musée du quai Branly-Jacques Chirac

 
JOHANNES VERMEER, LA JEUNE FILLE À LA PERLE (DÉTAIL), MAURITSHUIS


Premier cycle (cours complémentaires 2020.2021) :
 
Héraldique
Cours organique :
Emblématique médiévale (XIIe-XIVe siècles). Œuvres d'art et signes emblématiques.
Laurent Hablot,
directeur d'études, École Pratique des Hautes-Études, section des sciences historiques et philologiques, chaire d'emblématique occidentale, Université Paris-Sorbonne

 
EMBLÉMATIQUE MÉDIÉVALE




Être auditeur à l’École du Louvre

 
Les inscriptions se poursuivent en septembre pour les différents publics auditeurs de l’École du Louvre, avec cette année une offre de cours en ligne (via Internet) pour les cours d'initiation, les cours d'histoire de l'art et d'histoire des sociétés occidentales. Retransmis en direct, ces cours permettent de diffuser l'enseignement de l'École du Louvre plus largement et de les proposer partout et pour tous.
 
Être auditeur à l'École du Louvre, c'est bénéficier d'un statut original qui permet, sans condition d'âge ou de diplôme, de suivre un enseignement d'initiation à l'histoire de l'art ou des formations de spécialité issues de la recherche. Avec, dans la journée ou en soirée :
 
des cours d'initiation à l'histoire de l'art (en soirée, en amphithéâtre ou retransmis en direct via Internet)
cours d'initiation à l'histoire générale de l'art,
cours d'initiation aux techniques de création et aux principes de restauration,
 
 
des cours d'histoire de l'art (en journée)
cours d'histoire générale de l'art,
cours de spécialité (31 disciplines),
cours d'épigraphie (9 domaines),
cours d'héraldique,
cours de numismatique,
cours d'iconographie,
travaux dirigés devant les œuvres (66 cycles).
 
des cours d'histoire de l'art et des civilisations
(en soirée, en amphithéâtre ou retransmis en direct via Internet)
cours d'histoire générale de l'art,
cours d'histoire des civilisations occidentales
 
 
Être auditeur à l’École du Louvre, c’est également bénéficier d’une large offre de formations en régions, avec des cycles d’histoire générale de l’art et des séries thématiques, échos de l’actualité des musées, des grandes expositions et de la recherche en archéologie, histoire de l’art et histoire des sociétés.
 

 
HENRI ROUSSEAU DIT LE DOUANIER ROUSSEAU, LA MUSE INSPIRANT LE POÈTE (DÉTAIL), KUNSTMUSEUM BASEL, BASEL, SWITZERLAND




Cycle découverte : « Botticelli, la Renaissance sensible »

 
De Burne-Jones à Proust ou Cindy Sherman, l’art de Botticelli (1445-1510) a été reçu comme l’image même d’une beauté gracieuse, raffinée, idéale. Une beauté nue et simple. Mais derrière l’élégance sinueuse de la ligne, l’envol éthéré des drapés et des chevelures, les visages tendres et les joies colorées des tapis de fleurs, la peinture de Botticelli dépasse les plaisirs esthétiques immédiats pour s’étoffer d’un riche et sophistiqué mille-feuille de significations. Dans la Florence néoplatonicienne des Médicis et de l’Accademia di Careggi, où les arts dialoguent, le maître invente une nouvelle typologie picturale, l’allégorie mythologique dans laquelle s’entremêlent fable antique, poésie amoureuse, et clés politiques contemporaines : c’est en premier lieu par cette innovation que Le Printemps ou La Naissance de Vénus prennent toute leur place au sein de l’histoire de l’art.

Le cycle s’attachera parallèlement à explorer la part d’ambiguïté du langage botticellien : au fait des innovations de la Renaissance rationnelle, l’artiste s’engage pourtant dans une voie toute personnelle, où la construction est d’abord expressive, rythme poétique. Sa sensibilité troublée se fera ensuite l’écho du climat de réforme spirituelle amené par Savonarole, abandonnant radicalement les charmes profanes pour une peinture de sombre exaltation. Il s’agira enfin au fil des séances de mesurer l’apport de Botticelli à la production d’objets décoratifs domestiques (coffres de mariage, médaillons de dévotion privée, etc.), où son talent n’est pas moins inventif. Ce cycle invite à redécouvrir Botticelli en son temps, dans toute la variété de ses aspirations et réalisations, et à mieux comprendre le sens d’œuvres devenues des icônes de la Renaissance.
 
....................................................................................................................................................................................
 
Cycle découverte :
Boticelli, la Renaissance sensible

Par Natacha Pernac,
maître de conférences en histoire de l'art moderne, Université Paris Nanterre
 
Les samedis 3, 10, 17, 24 octobre et 7 novembre 2020, de 11h30 à 13h00.
Ce cycle est sans visite d’application.
 
 
Informations et tarifs : cycles.decouverte[a]ecoledulouvre.fr
01.55.35.18.37
 
....................................................................................................................................................................................
 
Destinées au plus large public, les cycles découverte sont proposées ponctuellement durant l’année autour de sujets thématiques d’archéologie, d’anthropologie, d’histoire des civilisations et d’histoire de l’art en rapport avec l’actualité des musées, du patrimoine et de la recherche. Chaque cycle de cinq séances (cinq samedis, de 11h30 à 13h00) comprend des cours magistraux et, selon les cycles, une visite d'application dans un musée ou un monument.

 
SANDRO BOTICELLI, LA NAISSANCE DE VÉNUS (DÉTAIL), MUSÉE DES OFFICES, FLORENCE




Séminaire international d’été de muséologie 2020 (en anglais) :
Fighting against illicit trafficking of cultural goods: an urgent challenge for heritage

 
Prévu initialement du 15 au 19 juin, le séminaire international d’été de muséologie (SIEM) aura finalement lieu du 7 au 11 septembre à l’Ecole du Louvre. Il sera, pour la deuxième année consécutive, consacré à la lutte contre le trafic illicite des biens culturels et dispensé en anglais. La coordination scientifique a été confiée à Vincent Michel, archéologue de formation, professeur d’histoire de l’art et archéologie de l’Antiquité classique en Orient à l’Université de Poitiers, directeur de la mission archéologique française pour la Libye Antique, expert auprès des douanes, de l’Office central de lutte contre le trafic des biens culturels (OCBC), coordinateur-expert de la Liste rouge d’urgence des biens culturels libyens en péril pour l’ICOM et chargé de mission auprès du Musée du Louvre.
 
Créé en 2004, le SIEM s’adresse à des étudiants et de jeunes professionnels étrangers et propose de croiser les regards sur les pratiques muséologiques en France et à l’étranger. Afin de s’adapter au contexte sanitaire actuel, un nouveau format sera inauguré cette année avec une double modalité de participation : en présentiel dans un amphithéâtre permettant la distanciation physique, et à distance via le nouveau campus numérique de l’Ecole du Louvre pour les personnes qui ne pourraient pas voyager vers la France. Grace aux efforts conjoints des organisateurs, intervenants et participants, ce rendez-vous annuel pourra donc être maintenu et contribuera à sensibiliser les futurs professionnels de musées en France et à l’étranger à la question de la lutte contre le trafic illicite des biens culturels.
 
Séminaire international d'été de muséologie 2020
 
Fighting against illicit trafficking of cultural goods: an urgent challenge for heritage
Lutte contre le trafic illicite des biens culturel : urgence d’un défi patrimonial
Direction scientifique :
Vincent Michel,
enseignant-chercheur, professeur d'archéologie de l'Antiquité classique d'Orient
directeur du laboratoire HeRMA - EA 3811 (Hellénisation et romanisation dans le monde antique),
Université de Poitiers
 
Télécharger le programme
 
....................................................................................................................................................................................
 
Le séminaire se déroulera principalement en anglais.
 





Récit(s) de vie au musée

 
L’École du Louvre et le musée du Louvre (Centre Dominique Vivant Denon) s’associent pour la cinquième année consécutive et organisent, durant l’année universitaire 2020-2021, un atelier de troisième cycle qui prendra la forme d’un séminaire doctoral, sur le thème : « Récit(s) de vie au musée ».
 
L’étude du musée a connu de grandes transformations. D’abord centrée sur la biographie des donateurs et des grands conservateurs, elle s’est graduellement focalisée sur le fonctionnement d’un vaste système organique, qui repose sur un immense effort de collaborations humaines, à l’intérieur comme à l’extérieur du musée. Dans ce contexte, les expositions construites sur un modèle biographique n’ont pas disparu, bien au contraire. Cependant, l’approche d’un individu – artiste, acteur culturel ou politique – devient un laboratoire où s’étudie un jeu complexe d’interdépendances (ou mises en relation), associant des communautés, des mouvements collectifs, des forces historiques aux temporalités diverses. En d’autres termes, il s’agit d’établir le fait social révélateur d’un milieu à travers la mise en évidence d’une époque ou d’une société. Le cycle d’expositions Petite Galerie au musée du Louvre consacré à la Figure d’artiste (2019-2021) offre un excellent point de départ à une réflexion plus ample sur les liens entre arts visuels et récits. Il faut examiner la position muséographique du récit biographique et de sa représentation y compris dans les musées d’ethnologie, des arts décoratifs, d’histoire, des sciences, etc.
 
Le séminaire désire offrir un cadre de réflexion à la problématique de l’exposition de la vie au musée, telle qu’elle a connu une importante transformation à l’ère contemporaine. Il s’agira de nous interroger sur nos sujets – artistes, conservateurs, restaurateurs, visiteurs, administrateurs – mais aussi sur nos outils et nos méthodes – biographie chronologique, thématique, intellectuelle – et aussi sur la tension entre micro- et macro-histoire.
 
....................................................................................................................................................................................
 
Co-organisateurs
pour l'École du Louvre :

Cecilia Hurley-Griener et Yves Di Domenico
pour le Centre Dominique-Vivant Denon :
Françoise Mardrus
 
L’atelier se tiendra au Centre Dominique-Vivant Denon (musée du Louvre, entrée Porte des Arts) de novembre 2020 à mai 2021, à raison d’une journée par mois.
Les voyages des participants résidant hors de l’Île-de-France seront pris en charge.
Néanmoins, les modalités de l’atelier pourront être réévaluées à tout moment au cours de l’année universitaire pour passer vers un système de participation à distance afin d’assurer la sécurité des enseignants et des étudiants.
 
L’atelier est ouvert sur inscription (et après sélection sur dossier) aux étudiants de troisième cycle d’histoire de l’art et de muséologie inscrits à l’École du Louvre ou dans un de ses établissements partenaires :
http://www.ecoledulouvre.fr/enseignements/etre-eleve/partenariats
 
Les candidats doctorants sont engagés dans un sujet de thèse portant sur la thématique concernée, ou s’intéressent à celle-ci à titre complémentaire. Les participants peuvent être en début ou en cours de doctorat (première, deuxième ou troisième année d’inscription en 2020-2021).
 
Les candidatures devront comprendre un CV et une lettre de motivation et être adressées,
avant le vendredi 25 septembre 2020, aux deux adresses suivantes :
troisiemecycle[a]ecoledulouvre.fr et DRC-AAP[a]louvre.fr (objet : atelier de 3e cycle Louvre)
 
....................................................................................................................................................................................
 
 
  logo musée du Louvre

 
MUSÉE DU LOUVRE




Journées d'études
La sculpture de l'Antiquité tardive et du Haut Moyen Âge

 
L'École du Louvre, en collaboration avec le musée du Louvre, organise les 24 et 25 septembre 2020 des journées d'études : « Classique et barbare » : la sculpture de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge (IVe-Xe siècle). Autour du corpus SATHMA (Sculptures de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge).
 
Du corpus aux humanités numériques », ces journées se dérouleront à l'École du Louvre et au musée du Louvre. Elles seront l’occasion de présenter les autres corpus européens et d’échanger avec les chercheurs travaillant sur la sculpture du haut Moyen Age en traitant de son rapport avec l’architecture, des questions de formes et de datations ou encore de matériaux et de techniques.
 
Journées d'études
« Classique et Barbare »
La sculpture de l'Antiquité tardive et du Haut Moyen Âge

Programme SATHMA
Jeudi 24 et vendredi 25 septembre 2020
École du Louvre, musée du Louvre
Accès gratuit dans la limite des places disponibles.
Inscription obligatoire sur : colloques[a]ecoledulouvre.fr
 
Télécharger le programme
 
....................................................................................................................................................................................
 
◼ Comité scientifique :
Pierre-Yves Le Pogam,
conservateur en chef du patrimoine, département des sculptures, musée du Louvre
Anne-Bénédicte Mérel-Brandenburg,
chercheuse, Équipe de recherche de l’École du Louvre
Anne Flammin,
ingénieure de recherche, CNRS
Christian Sapin,
directeur de recherche émérite, CNRS
Pascale Chevalier,
maître de conférences des Universités, Clermont-Auvergne
  logo musée du Louvre       logo fondation des sciences du patrimoine
 

 
PLAQUE, POITIERS, MUSÉE LAPIDAIRE DE LA SOCIÉTÉ DES ANTIQUAIRES DE L’OUEST, N°60




Les Cahiers de l'École du Louvre

 
Le quinzième numéro de la revue de recherche de l'École du Louvre sera prochainement disponible en ligne (fin septembre). Il fait suite au colloque Violent(e)s: Genre et violence dans l'histoire de l'art, tenu les 13 et 14 mai 2019 à l'École du Louvre.
 
Si le genre constitue une « catégorie utile d’analyse » pour les sciences humaines, à l’instar de toute construction socio-culturelle, il participe également à l’élaboration et la pérennisation de certains stéréotypes. En découle, par exemple, la vision classique de l’assignation de la force et de la violence au domaine masculin, en opposition à l’image d’une féminité fragile et pacifique. Partant de la traditionnelle tension entre l’oppresseur masculin et sa victime féminine, cette journée d’étude sera l’occasion de tenter de dépasser cette dualité, et les stéréotypes qui en découlent, en s’intéressant à d’autres formules.
Dans d’autres disciplines, comme l’histoire et la sociologie, cette combinaison a déjà donné lieu à des journées d’études et différents types de manifes-tations. Ainsi, sans faire une célébration des comportements éclatants et de la domination par les violences, il nous semble intéressant de mettre en perspective ces phénomènes au sein de l’histoire de l’art.
 
Donnant la parole aux jeunes chercheurs, ce numéro s’articule autour des pratiques artistiques, de l’iconographie et de l’historiographie dans la perspective du genre et de la violence, dans une dimension trans-chronologique et interdisciplinaire. Enfin, ces articles couvrent un champ chronologique assez large, du Moyen-Âge jusqu’à nos jours.
 
Sommaire du numéro 15
 
Éditorial
Eva Belgherbi et Zoé Marty.
 
Articles
Coups d’éclat et rapports de force.
Images des conquêtes artistiques et politiques des femmes (1890-1914).

Eva Belgherbi,
doctorante en histoire de l’art, Université de Poitiers-École du Louvre
collaboratrice de l'association AWARE (Archives of Women Artists, Research and Exhibitions)
co-organisatrice du colloque « Violent(e)s, genre et violence dans l’histoire de l’art », École du Louvre
 
....................................................................................................................................................................................
 
Marguerite de Roberval et l’imaginaire colonial de l’affrontement entre les femmes et les bêtes sauvages.
Zoé Marty,
élève conservatrice territoriale du patrimoine (INP, INET)
doctorante en histoire de l’art, École du Louvre
co-organisatrice du colloque « Violent(e)s, genre et violence dans l’histoire de l’art », École du Louvre
 
....................................................................................................................................................................................
 
La seringue et la gâchette. Les genres au rendez-vous de la violence dans Un Flic de Jean-Pierre Melville.
Thomas Lequeu,
doctorant, École du Louvre
critique de cinéma, revue Critikat
commissaire d’exposition et archiviste, villa Noailles
 
....................................................................................................................................................................................
 
Image de la victoire militaire d’une aristocrate ottonienne : l’étendard de la reine Gerberge.
Marjolaine Massé,
doctorante, CESCM de Poitiers
chargée d’études et de recherche, INHA, domaine Histoire de l’art du IVe au XVe siècle
 
....................................................................................................................................................................................
 
Maîtriser la violence pour gouverner l’État : représenter les régences féminines en France au XVIIe siècle.
Damien Bril,
docteur en histoire de l'art
membre de l'équipe de recherche, École du Louvre, Programme de recherche Collecta
 
....................................................................................................................................................................................
 
Sorcières, marâtres ou tyrans : personnages de femmes violentes dans les films d’animation Disney (1937-1989) ou l’incursion en dystopie masculiniste.
Ariane Temkine,
doctorante, EHESS (CRAL/CETHA)
chargée d’étude et de recherche, INHA
 
....................................................................................................................................................................................
 
De la violence au cadavre, étude d’une mort genrée.
Anaelle Lahaeye,
doctorante, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne
 
....................................................................................................................................................................................
 
De l’iconoclasme à la provocation : le musée, champ de bataille du genre.
Liliane Inés Cuesta Davignon,
diplômée de deuxième cycle, École du Louvre, Université Paris IV-Sorbonne
conservatrice, Museo Nacional de Cerámica y Artes Suntuarias « González Martí », Valencia
 
....................................................................................................................................................................................
 
De fureur et de sang. Blessures et menstruations dans les années 1970.
Jeanne Mathas,
doctorante École du Louvre
chargée de TDO et Travaux Pratiques en Art du XXe siècle, École du Louvre
Léa Jaurégui
doctorante, École du Louvre-Université Libre de Bruxelles
 
....................................................................................................................................................................................
 
Chambres en souffrance : espaces de revendications politiques d’artistes et de femmes victimes de violences.
Adélie Le Guen,
diplômée de Master, Université Rennes 2
commissaire d’exposition indépendante, critique d’art (Facettes, Aware Women Artists)
 
....................................................................................................................................................................................
 
Du crime à l’œuvre : performativité(s) de la cage chez Kate Millett.
Marie-Dominique Gil,
doctorante, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis
chargée de cours, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis
diplômée de l’École du Louvre
 
....................................................................................................................................................................................
 
L’expression de la violence dans la broderie contemporaine. Suivre le fil rouge de l'histoire des femmes.
Léonie Lauvaux,
docteure en Arts plastiques, Université Rennes 2
praticienne du « filaire » (pratique artistique proche de la broderie, du tricot, et du crochet)
 
....................................................................................................................................................................................
 
Représenter les violences de genre sur scène : pour une histoire du théâtre féministe américain, de 1970 à nos jours
Madeleine Planeix-Crocker,
doctorante, EHESS, CRAL
curatrice d'un cycle de performance inclusif (Warm Up sessions), Lafayette Anticipations-Fondation Galeries Lafayette
diplômée de masters en politiques culturelles (Princeton, HEC, EHESS)
 
....................................................................................................................................................................................
 

 
EMERY WALKER, LA TOILETTE DE VENUS APRES LACERATION, MARS 1914, PHOTOGRAPHIE, LONDRES, NATIONAL PORTRAIT GALLERY




École du Louvre et Journées Européennes du Patrimoine

 
Les prochaines Journées européennes du patrimoine se tiendront les 19 et 20 septembre 2020 dans le cadre de l’Année européenne du patrimoine culturel 2020. Cet événement célébré dans une cinquantaine de pays européens est placé sous le thème « Patrimoine et éducation : apprendre pour la vie ! » qui trouvera un naturel écho dans les différentes opérations de médiation menée par les élèves de l’École du Louvre :
 
à l’Institut national d’histoire de l’art
Une vingtaine d'élèves de l’École du Louvre sera présente à l'Institut national d’histoire de l’art qui ouvre durant ces journées ses deux sites patrimoniaux au cœur de Paris : la Galerie Colbert et la salle Labrouste. À cette occasion, les élèves de l’École du Louvre participeront aux différentes animations et médiations qui seront autant de moments pour le public de découvrir les lieux de l’institution, son architecture, ses décors... Ou comment découvrir l’histoire de l’art et mieux comprendre le sens et les enjeux de cette discipline.
 
 
au musée de la céramique et manufacture de Sèvres
20 élèves médiateurs de l’École du Louvre seront présents de 10h00 à 19h30 dans le parcours des collections permanentes du musée de la céramique. Ces visites seront complétées par une découverte de la manufacture à la rencontre des artisans en compagnie des étudiants.
 







De nouvelles villes partenaires en régions

 
Trois nouvelles villes rejoignent le réseau des cours en régions de l’École du Louvre : Amiens, Châtellerault et Moulins. Soit aujourd’hui un collectif de 23 villes, musées et associations d’amis de musée qui participent au large projet collaboratif de diffusion de l’histoire de l’art.
 
L’École du Louvre à Amiens
Le musée des beaux-arts de Picardie, objet d’une très importante rénovation, met à disposition de l’Ecole du Louvre son auditorium pour la réalisation d’un cycle intitulé Du musée de chefs-d’œuvre au musée chef-d’œuvre – Des lumière à nos jours qui débutera le 18 novembre 2020. Les cours seront assurés par Sophie Picot Bocquillon, docteure en histoire de l’art, responsable du pôle documentaire de la conservation des œuvres d’art religieuses et civiles de la ville de Paris ; Marie Civil, docteure en histoire de l’art, directrice de la Maison de l’architecture Rhône-Alpes et Simon Texier, professeur d’histoire de l’architecture, université de Picardie Jules Verne. Un second cycle sur la question de la commande religieuse intitulé Peinture et dévotion débutera en mars 2021.
 
....................................................................................................................................................................................
 
L’École du Louvre à Châtellerault
Installé sur le site de l’ancienne Manufacture d’armes de Châtellerault depuis 1969, le musée occupe une partie de l’atelier de montage et de finition construit en 1886 et 1887. Après plusieurs mois de travaux, le musée devenu Le Grand Atelier, Musée d’art et d’industrie rouvre ses portes sur trois espaces et trois collections. Il accueille dès le 3 novembre 2020 les cours de l’École du Louvre avec un cycle sur l’art cinétique intitulé Jouer avec le monde. Noémi Joly, docteure en histoire de l’art, chargée de mission à l’École du Louvre viendra éclairer l’histoire de ce mouvement qui bénéficie d’une actualité nouvelle au moment où les technologies du numérique, internet et l’intelligence artificielle, transforment notre univers matériel et nos imaginaires.
 
....................................................................................................................................................................................
 
L’École du Louvre à Moulins
La ville de Moulins accueillera à partir du 6 octobre 2020 les cours de l’École du Louvre dans l’amphithéâtre de sa salle des fêtes avec un cycle intitulé De l’autel au retable : mettre en scène le sacré (XIIe - XVe siècle). Daniele Rivoletti, maître de conférences en histoire de l’art, université Clermont Auvergne et Thierry Crépin-Leblond, conservateur général du patrimoine, directeur du musée national de la Renaissance, Château d’Écouen viendront proposer des clefs de lecture de ces œuvres dont l’évolution entre les premiers retables tabernacle et le chef d’œuvre du maître de Moulins se prête à des approches stylistiques, techniques et d’histoire du fait religieux.
 
....................................................................................................................................................................................
 
Les villes partenaires : Ajaccio, Angers, Auxerre, Caen, Dijon, Lens, Limoges, Lyon, Marseille, Montpellier, Nancy, Nevers, Nice, Nîmes, Niort, Poitiers, Quimper, Reims, Roubaix, Troyes.
 
....................................................................................................................................................................................
 
 
 

 
PONT HENRI IV, CHÂTELLERAULT




Bourses de mobilité internationale de la Fondation Malatier-Jacquet

 
La Fondation Malatier-Jacquet abritée à la Fondation de France, fidèle au souhait de son créateur, est devenue mécène de l’École du Louvre en 2019. Son champ d’action s’inscrit dans le cadre des actions de mobilité internationale que l’École encourage et cherche à développer pour ses élèves. Ainsi, la Fondation offrira durant trois années, cinq bourses (5000 euros) permettant aux élèves sélectionnés de financer un séjour d’étude et de recherche, un séminaire ou un stage à l’étranger.
 
Les trois dernières bourses de mobilité internationale de la Fondation Malatier-Jacquet pour 2020 ont été attribuées par la Commission de vie scolaire de juin. Deux des élèves sélectionnés passeront toute leur année de Master 1 à l'Université d'Essex, au Royaume-Uni, à partir d'octobre ; le troisième suivra son Master 1 à l'Université de Saint-Andrews en Écosse, dès septembre.
 
Grâce à ces bourses de la Fondation Malatier-Jacquet abritée à la Fondation de France, les étudiants accompliront leur année d'étude au sein de ces institutions-partenaires de l'Ecole du Louvre, en toute sérénité, et pourront tirer le meilleur parti de ce séjour.
 
....................................................................................................................................................................................
 
Collectionneur, érudit, figure incontournable du monde de l’art, Jacques Malatier (1926-2017) a réuni en trente ans une exceptionnelle collection, dispersée en 2017, au profit de La Fondation de France, qui a créé en son sein une Fondation portant son nom.
Celle-ci a pour vocation la restauration et l’aménagement immobilier ou mobilier du Château de Versailles et du Château de Chambord, l’attribution de bourses à des étudiants français désignés par le Comité exécutif de la Fondation Malatier-Jacquet, ainsi que le financement de publications savantes en matière d’art, d’histoire et de sciences, en concours avec le C.N.R.S et le Centre National des Lettres.
 

 
GERRIT DOU, LE PEINTRE DANS SON ATELIER (DETAIL), GEMÄLDEGALERIE, DRESDE




Bourses de recherche Antoine de Galbert

 
La Fondation Antoine de Galbert, après la fermeture de la Maison Rouge a réorienté ses activités de mécénat dans différents domaines, toujours liés à l’art contemporain, à l’histoire de l’art et ses acteurs.
Compte tenu de la crise sanitaire, la Fondation a décidé non seulement de renouveler son mécénat au profit de la recherche à l’École du Louvre, mais d’accorder une bourse supplémentaire afin de soutenir davantage de doctorants.
 
À l'issue de l'examen des candidatures pour l'année académique 2020-2021, après audition par la Commission de la validation de la recherche et après approbation de la directrice de l'École du Louvre, quatre élèves ont été retenus pour l’originalité et la qualité de leurs travaux en histoire de l’art et en muséologie, et vont bénéficier de ce soutien exceptionnel.
 
Bourses de recherche
 
Chiara Agradi
 
Projet de recherche
Une aventure instantanée. L’emploi du Polaroid en Italie des 1970 à nos jours.
Thèse de troisième cycle de l’École du Louvre et de doctorat de l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, co-dirigée par Quentin Bajac, conservateur général du patrimoine, directeur du musée du Jeu de Paume et Michel Poivert, professeur des Universités.
 
Biographie
Après avoir collaboré avec le Cabinet de la photographie du Centre Pompidou dans le cadre des recherches autour du photojournaliste André Papillon (2016), elle a intégré le département de photographies de la maison de ventes aux enchères Christie’s à Londres et Paris (2017). Tout au long de ces missions elle a participé et organisé plusieurs journées d’études dédiées à la photographie et à l’art contemporain. Au-delà de son domaine de recherche, elle s’intéresse au rôle du medium photographique dans la pratique contemporaine et à la photographie contemporaine dans les pays d’Amérique Latine. Actuellement, en parallèle à ses recherches doctorales, elle est consultante scientifique et curatrice des archives photographiques Giuseppe Loy à Rome.
 
....................................................................................................................................................................................
 
Heidelinde Hupfer
 
Projet de recherche
Le patrimoine face à la catastrophe. Sa mémoire par l’image.
Thèse de troisième cycle de l’École du Louvre et de doctorat de l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, co-dirigée par Vincent Lefèvre, conservateur général du patrimoine, directeur de la conservation et des collections, musée national des arts asiatiques Guimet et Thierry Lalot, professeur, responsable du Centre de recherche en préservation des biens culturels (CRPBC).
 
Biographie
Spécialisée en Histoire de l'art et archéologie du Japon, Heidelinde Hupfer a exploré dans ses Masters le harnachement du cheval au Japon et le tir à l'arc à cheval au Japon (2015). Elle s'est également investie dans un service civique solidaire au musée du Louvre afin de préparer et mettre en œuvre des projets destinés à favoriser l’accès de tous à la culture (2016). Elle a participé à deux missions archéologiques en tant que technicienne de fouilles, l'une en archéologie préventive chez Eveha, l'autre programmée avec le musée du Louvre, sur le site antique de Gabies (Italie) (2017).
 
....................................................................................................................................................................................
 
Eva Belgherbi
 
Projet de recherche
L’enseignement de la sculpture aux femmes, en France et au Royaume-Uni, 1870-1914.
Thèse de troisième cycle de l’École du Louvre et de doctorat de l’Université de Poitiers, co-dirigée par Claire Barbillon, professeur en Histoire de l’art contemporain, Université de Poitiers, directrice de l’École du Louvre et Amélie Simier, conservatrice générale du patrimoine et directrice du musée Bourdelle.
 
Biographie
Diplômée en muséologie à l’École du Louvre en 2015, elle a effectué sa seconde année de deuxième cycle à l’Université de Glasgow où elle a rédigé un mémoire de recherche en histoire de l’art sur le parcours parisien de la sculptrice britannique Ottilie Maclaren (1875-1947), élève d’Auguste Rodin en 1900. Depuis septembre 2017, elle est chargée de cours à l’Université de Poitiers en histoire de l’art contemporain (Méthodologie - L1) et assure les travaux dirigés devant les œuvres en histoire de l’art du XIXe siècle à l’École du Louvre, tout en s’impliquant dans le collectif AWARE.
 
....................................................................................................................................................................................
 
Mélie Louys
 
Projet de recherche
Les marqueurs d’activité et les maladies infectieuses chez les artisans de Deir el-Medina : étude des restes humains et du matériel archéologique.
Thèse de troisième cycle de l’École du Louvre, dirigée par Hélène Guichard, conservatrice générale, département des antiquités égyptiennes, musée du Louvre.
 
Biographie
Spécialisée en archéologie égyptienne depuis son premier cycle à l’École du Louvre, Mélie Louys s’est orientée dès le Master dans la recherche en égyptologie en lien avec l’anthropologie (Sorbonne Université-Muséum national d’Histoire naturelle). En parallèle, depuis 2014, elle s’investit chaque année dans des missions de fouilles archéologiques, en France et en Égypte. Elle a notamment participé au projet Karnak à Louxor et au programme Human Origins Heritage à Java en Indonésie. Elle est également chargée de travaux dirigée devant les œuvres en égyptologie à l’École du Louvre.
 
....................................................................................................................................................................................
 
La Fondation Antoine de Galbert a créé La Maison rouge à Paris en juin 2004. Pendant une quinzaine d’années, 130 expositions ont pu être vues par un million de personnes. Les archives et les éditions de La maison rouge qui a fermé ses portes en octobre 2018, sont conservées par la Fondation Antoine de Galbert qui s’oriente désormais vers d’autres activités de mécénat.
La fondation est reconnue d’utilité publique par décret du 31 janvier 2003.
 





Télégrammes

 
Séminaire d'histoire de l'art vénitien
Le XXIVe séminaire international d'histoire de l'art vénitien se tiendra exceptionnellement à Paris, dans un format plus court que d'ordinaire les 2-3 et 4 septembre 2020 sur le thème « Échanges et circulations ». Fruit d'une collaboration avec l'Istituto Veneto di Scienze ed Arti, ce séminaire annuel, concentre ses sujets d’étude sur des aspects particuliers de l’art vénitien conservé en Vénétie ou dans des collections étrangères. Le programme intègre des conférences de spécialistes internationaux et des visites conduites par les responsables scientifiques des collections.
Consulter le programme
 
....................................................................................................................................................................................
 
Junior classes
La Junior classes sur le thème Les couleurs et leur histoire, dispensée par Michel Pastoureau, directeur d'études émérite à l'École Pratique des Hautes Études et Claude Coupry, ingénieure de recherche honoraire du CNRS, a été reportée au mois de novembre 2020.
 
Une nouvelles session d'inscription est prévue à partir du 7 septembre. Un événement à ne pas manquer...
Consulter le portail d'inscription
 
....................................................................................................................................................................................
 
Soizic Wattinne, secrétaire générale de l’École du Louvre, a quitté l'établissement le 31 août 2020 pour rejoindre le cabinet de la ministre de la Culture, Mme Roselyne Bachelot-Narquin.
Après neuf années à l’Ecole, de 2011 à 2020, où elle a orchestré de nombreuses réformes et projets, elle est aujourd’hui nommée conseillère sociale auprès de la ministre.
 
....................................................................................................................................................................................
 

De l'actualité et des télégrammes en continu sur
 
          





Informations pratiques

 
Venir à l'École du Louvre
Métro : Palais Royal, Tuileries, Pyramides
Ouvert tous les jours de 9h30 à 17h30 sauf samedi et dimanche
Téléphone : 01 55 35 18 00
www.ecoledulouvre.fr
 

 
Crédits photographiques :
photos 1, 2, 3, 4 et 10 : ML/École du Louvre
photo 4 : RAMA/WIKICOMMONS
photo 6 : droits réservés
photo 7 : KUNSTMUSEUM BASEL, BASEL, SWITZERLAND
photo 8 : Google Art Project/WIKICOMMONS
photo 11 : MUSÉE LAPIDAIRE DE LA SOCIÉTÉ DES ANTIQUAIRES DE L’OUEST
photo 12 : NATIONAL PORTRAIT GALLERY, LONDRES
photo 14 : MOSSOT/WIKICOMMONS
photo 15 : GEMÄLDEGALERIE, DRESDE