Ecole du Louvre
Partager Envoyer à un ami Version imprimable    A- | A+

Mémoires de recherche

Collectes amérindiennes de la Smithsonian Institution conservées au musée du quai Branly - Jacques Chirac
A la conquête de l'Ouest

À la fin du XIXe siècle, la Smithsonian Institution, qui a entrepris très tôt de constituer un vaste réseau de correspondants scientifiques de par le monde, s’engage dans un processus d’échanges avec le musée d’Ethnographie du Trocadéro et procède à l’envoi régulier de centaines d’objets produits par les cultures autochtones d’Amérique du nord. Parmi ces objets, arrivés entre 1880 et 1890, se trouvent cent quarante-sept pièces provenant de l’Ouest américain, entrées dans les collections de la Smithsonian des années 1860 aux années 1880.
L’ensemble de celles provenant de l’Ouest américain qui figurent dans les registres d’inventaire du musée d’Ethnographie du Trocadéro a été inclus dans ce corpus d’étude, y compris les quinze pièces qui ne figurent plus aujourd’hui à l’inventaire la collection. La documentation qui accompagne ces objets a permis d’élaborer une réflexion élargie sur la collecte de la culture matérielle autochtone aux États-Unis au XIXe siècle. L’immense diversité historique du corpus a conduit l’auteure à s’interroger sur les modes de constitution de la collection au fil des explorations et à éclaircir les intentions qui ont conduit à la sélection et au regroupement des objets qui forment aujourd’hui un ensemble.

L'auteure : Camille Faucourt
Grandes cornes et hauts atours
Le hennin et la mode au Moyen Âge

Qualifié au XVe siècle de coiffe « oultrageuse », « laide » et « ridicule », perçu comme un symbole de vanité et de vacuité des biens matériels, mais plus encore comme une transgression à l’ordre établi, le hennin est vivement condamné par les pouvoirs religieux et civils. Ces coiffes sont désignées par les moralistes et les prédicateurs comme les stigmates du diable, les attributs des prostituées et des femmes hérétiques et comme des étendards de la bestialité. Les sources écrites du XVe siècle, romans, chroniques, sermons mais aussi peintures, enluminures et sculptures rassemblées par l’auteure, lui ont permis de construire et de mener une démonstration qui place ces « atours à cornes » au cœur des débats religieux et sociaux de la fin du Moyen Âge.

L'auteure : Alix Durantou
Le salon littéraire, artistique et musical de Madame de Rayssac
Héros, errants d'une histoire à contretemps

Sous la IIIe République, les salons se multiplient à Paris et s'imposent comme une pratique culturelle essentielle de l'aristocratie et de la bourgeoisie. Au milieu de cette floraison exceptionnelle, Madame de Rayssac tient salon. En véritable muse, elle réunit, de 1870 à 1880, un cénacle où se rencontrent intellectuels et artistes toutes générations confondues, dans un climat d'émulation.

L'auteure : Sarah Hassid
Masques et marionnettes dans le théâtre traditionnel des peuples bamana, malinké et bozo
Un art de la fête au Mali

Cet ouvrage s'attache à cette forme particulière de théâtre de tradition animiste qui a cohabité avec l'islamisation et survécu jusqu'à nos jours. Témoin d'une recherche approfondie, complété par un important corpus photographique original et inédit, ce volume permet de restituer à cet art du théâtre de marionnettes sa dimension d'art total et de témoigner de sa grande richesse symbolique et iconographique.

L'auteure : Amaëlle Favreau
Collections du musée du louvre et du musée d'Archéologie Nationale
Iconographie du décor peint de la Céramique de Suse I

Ce mémoire recense, sous forme de catalogue commenté, trois cent cinquante-huit pièces issues de la grande nécropole de la ville de Suse ; des pièces tirées de collections pour une grande part inédites des musées du Louvre et de Saint-Germain-en-Laye.
Il traite également de l'historique des fouilles et de la découverte de la nécropole, établit une typologie du décor peint des coupes et propose un répertoire des motifs décoratifs.
L'ensemble est complété par de nombreuses et riches annexes.

L'auteur : François Bridey
En chair et en os :
Le cadavre au musée

Valeurs, statuts et enjeux de la conservation des dépouilles humaines patrimonialisées

Mémoire de 2e cycle de l’Ecole du Louvre, cet ouvrage propose un point sur la question sensible de la conservation des restes humains dans les institutions patrimoniales.
Traitant du rapport à la mort, des rites et des usages qui l’entourent, du devenir physique de la dépouille, cette étude aborde sans détours le statut des restes humains patrimonialisés, de la reconnaissance à la mise en exposition, et les implications muséographiques, juridiques et culturelles.

L'auteure : Laure Cadot
peintre d'histoire et décorateur
Joseph Blanc (1846-1904)

Connu pour ses réalisations décoratives (Hôtel de Ville de Paris, Panthéon, Opéra Comique, Grand Palais…) Joseph Blanc s'inscrit dans le riche panorama, souvent oublié, de la peinture d'histoire et de grands décors chers à la Troisième République.
Aujourd'hui, cet oeuvre revisité par une monographie rigoureuse, savante et documentée remet en perspective et analyse le parcours et la carrière de l'élève de Blin et Cabanel, prix de Rome, professeur aux Beaux-Arts, peintre d'histoire et décorateur dans le dernier tiers d'un XIXe siècle en devenir.

L'auteur : Pierre Sérié
Mémoires de recherche
La sculpture de la Renaissance dans le Vexin français

Au XVIe siècle, le Vexin français appartenait au diocèse de Rouen. Ce territoire, situé au Nord-Ouest de Paris, vit éclore une statuaire religieuse empreinte d'italianisme mais encore attachée aux canons artistiques du Moyen-Age.
Sa richesse iconographique, sa variété formelle témoignent d'une forme d'expression originale. Ce mémoire révèle un corpus de plus de six cents sculptures étudié pour la première fois dans son ensemble.

L'auteure : Guilaine Benoit Ecolan

Actualités +

Claire Barbillon, professeure des universités, est renouvelée à la direction de l’École du Louvre, par arrêté de la ministre de la Culture , daté du 23 novembre 2020, publié au Journal Officiel du 28 novembre 2020.. Elle occupe ce poste depuis décembre 2017.
bandeau0bandeau1bandeau2Ecole du LouvreEnseignementsVie étudianteInternationalRechercheEditionsDocumentationFonds de dotationhandicap
 

Télégrammes
 

Disparition

Ancienne élève et compagne de route de l'École du Louvre durant deux décennies, Béatrice André-Salvini nous a quittés en ces derniers jours de novembre. Assyriologue, conservatrice générale du patrimoine, ancienne directrice du département des antiquités orientales du musée du Louvre, elle a été professeure à l’Ecole du Louvre dès 1991, chargée du cours organique d’ « Archéologie orientale » jusqu’en 2010 (excepté en 1995-1996 et 2002-2003). Engagée dans la sauvegarde du patrimoine au Proche-Orient, elle a su partager cette passion dans ses expositions (« Naissance de l’écriture »,1982 ; « Babylone, 2008 ou « Routes d’Arabie » 2010) comme dans son enseignement. Aujourd’hui dans la peine, son École, ses personnels, ses collègues et ses anciens élèves lui rendent ici hommage.
 

 

Prix de thèse

Nina Mansion-Prud'homme est lauréate 2020 du prix de thèse « Valois - Jeunes chercheuses et chercheurs » pour sa thèse en co-encadrement École du Louvre et Université Bordeaux Montaigne intitulée : « Archives d'architectes en France, 1968-1998 : jeux d'acteurs et enjeux historiographiques autour de l'Institut français d'architecture ». Nina Mansion-Prud'homme était dirigée par Gilles Ragot (Université Bordeaux Montaigne) et David Peyceré (École du Louvre).
 

Nomination

Sandrine Arrecgros, attachée principale d'administration, est nommée secrétaire générale de l'École du Louvre, à compter du 15 novembre 2020.
Jusqu'à lors chargée de mission pour l'Établissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris, elle a également été secrétaire générale du musée Rodin (2012-2017) et secrétaire générale du service de coopération et d'action culturelle de l'Ambassade de France aux Etats Unis (2017-2019).

Informations Covid-19

L'Ecole du Louvre vue... 
par la Fondation Culture & Diversité

Vigipirate
La présentation des cartes (élèves, auditeurs, enseignants) est obligatoire. Selon les dispositions Vigipirate, il est  interdit d'introduire des bagages dans l'établissement, quelle qu'en soit la taille. Cette mesure s'applique à l'ensemble des usagers : élèves, auditeurs, agents et intervenants pédagogiques.
Merci de faire preuve de compréhension quant au ralentissement induit par les contrôles de sécurité aux entrées.
Le port du masque est obligatoire dans tout l'établissement.
 

       

André Chastel,
un sentiment de bonheur

Un film d’Edgardo Cozarinsky (54 minutes)

Pour se tenir informé de l'actualité de l'Ecole du Louvre, abonnez-vous à la lettre d'information 
 

Lettres précédentes :
Octobre 2020
Septembre 2020
Mars 2020

Claire Barbillon

Claire Barbillon, professeure des universités, est renouvelée à la direction de l’École du Louvre, par arrêté de la ministre de la Culture , daté du 23 novembre 2020, publié au Journal Officiel du 28 novembre 2020.. Elle occupe ce poste depuis décembre 2017.
Professeure d’Histoire de l’art contemporain à l’Université de Poitiers depuis 2014, Claire Barbillon a notamment été directrice des études à l'École du Louvre (2003-2011). Elle est par ailleurs membre du Conseil d’administration du musée d’Orsay, de Paris Musées et de l’Ecole nationale des chartes, membre des conseils scientifiques du musée du Louvre, du musée Rodin et de l’Institut national d’histoire de l’art.

lire la suite...
Revue histoire de l'art

Sortie d'un numéro double de la revue Histoire de l’art, no 84-85 : États du musée

Sous la direction de Philippe Bettinelli, Olivier Bonfait, Dominique de Font-Réaulx et Marine Kisiel
 

Interroger les liens entre le musée et l’histoire de l’art, c’est penser les tensions entre ce lieu de plus en plus happé par l’emprise d’une vision touristique et patrimoniale et un discours parfois plus porté, avec l’iconic turn, sur les images que sur les objets. Le musée ne fait pas que refléter le discours de l’histoire de l’art : il agit sur lui également. Lieu de la confrontation entre une œuvre et une personne, il est là où se font les redécouvertes. Lieu éminemment public, il relève du politique. Le principe de démocratisation à l’œuvre depuis plusieurs décennies implique de nouveaux modes d’accrochage, moins savants, plus ludiques, qui entraînent une histoire de l’art éclatée, moins préoccupée uniquement de philologie savante, d’attribution et de datation, de classement stylistique, et plus ouverte vers les universaux actuels : le plaisir de l’œil, les aventures du voir, les bricolages de l’imaginaire visuel.
 

Voir la table-ronde de présentation du dernier numéro

lire la suite...
Camille Morineau, présidente du conseil d’administration de l'École du Louvre

Camille Morineau est nommée présidente du conseil d’administration de l'École du Louvre par décret du Président de la République en date du 9 novembre 2020. Membre du Conseil d’administration de l'établissement depuis le 30 octobre 2020, elle succède à Sophie-Justine Lieber qui a occupé la présidence de juin 2016 à juin 2020.
 

Camille Morineau est cofondatrice et directrice de l’association AWARE (Archives of Women Artists, Research and Exhibitions), « dédiée à la réécriture de l’histoire de l’art de manière paritaire », depuis juin 2014.
 

Diplômée de l’École Normale Supérieure (Ulm-Sèvres) et de l’Institut National du Patrimoine, enseignante à l’École du Louvre, Camille Morineau a notamment été directrice des expositions et des collections de la Monnaie de Paris (2016-2019), commissaire indépendante (2014-2016) et conservatrice des collections contemporaines du Centre Pompidou (2003-2013).
 

Photo : Valérie Archeno

lire la suite...
Le projet ECOLE DU LOUVRE 2021

Claire Barbillon, directrice de l'Ecole du Louvre et Majid Boustany, mécène de l'opération, ont annoncé le lancement du projet ECOLE DU LOUVRE 2021, programme architectural qui va reconfigurer l'établissement avec le réaménagement de la bibliothèque, de la cafétéria, des services documentaire et informatique et la création d'un centre de recherche. Un ambitieux projet qui bénéficie d'un mécénat exceptionnel. Confiés à l'agence Hart Berteloot architectes, les travaux se dérouleront durant l'été 2021 pour une réouverture à la rentrée universitaire.

En savoir +

lire la suite...
« Exposition-Ecole » au musée national de céramique de Sèvres

Le projet pédagogique d'une « Exposition-École » permet chaque année à un groupe d'une dizaine d'élèves de seconde année de deuxième cycle de préparer une exposition ou de concevoir et de mettre en œuvre un accrochage temporaire à partir de collections, dans un musée ou une institution patrimoniale partenaire de l'École du Louvre.

Cette année, après les deux premières « Exposition-École » organisées avec le musée National Eugène Delacroix (2018-2019), puis le château de Fougères-sur-Bièvre (Centre des Monuments nationaux) (2019-2020), l’École du Louvre et le musée national de céramique sont désormais partenaires pour un nouveau projet étudiant en 2020-2021.

En savoir plus

lire la suite...
Les Cahiers de l'Ecole du Louvre

Les quinzièmes Cahiers de l’École du Louvre sont en ligne et présentent treize articles faisant suite au colloque Violent(e)s: Genre et violence dans l'histoire de l'art, qui s'est tenu en mai 2019 à l'École du Louvre.

Les Cahiers de l'Ecole du Louvre publient des articles sur les thèmes principaux d'enseignement et de recherche de l'École, dont l'histoire de l'art, l'archéologie, la muséologie, l'histoire des civilisations et l'anthropologie, sur toutes périodes et aires géographiques.

Consultez le numéro

lire la suite...
Séminaire de 3e cycle : Epidémies

L'Équipe de recherche de l'École propose un nouveau séminaire de troisième cycle : « Épidémies » qui mobilisera toutes les disciplines des sciences humaines et sociales en sollicitant artistes, philosophes, écrivains, conservateurs...

Ce séminaire propose de penser le thème sur le temps long de l’histoire – depuis la grande peste de Justinien jusqu’aux épidémies contemporaines – dans une perspective artistique, mais aussi anthropologique, politique et philosophique. En l’abordant sous différents angles, en privilégiant certains objets (la peste, le sida), il s’agira de saisir, via les images en particulier, ce qu’il met en jeu dans les sociétés – jusqu’aux parcours des chercheurs qui l’étudient.

Épidémies
les jeudis de la recherche de l’École du Louvre
coordonné par Thibault Boulvain, Fabio D’Almeida et Damien Bril, membres de l'équipe de recherche de l'École du Louvre.

En savoir plus

lire la suite...