Soutenir L’École du Louvre avec la taxe d'apprentissage...

 
 
Comme chaque année, l’École du Louvre, à la recherche de nouvelles ressources et de nouveaux soutiens, mène une campagne de sensibilisation et d'information sur la taxe d'apprentissage auprès des entreprises de son secteur et des sociétés intéressées par les domaines artistiques, culturels et patrimoniaux.
Une campagne nécessaire, car cette taxe obligatoire et versée par toutes les entreprises pour financer le développement de l'enseignement et des formations professionnelles, à une particularité dans son mode de versement qui est que chaque société contributrice est libre de choisir l'établissement d'enseignement qui en sera le bénéficiaire.
Il est donc impératif pour l'École du Louvre, qui compte parmi les établissements habilités à percevoir cet impôt, de sensibiliser les entreprises à lui verser leurs contributions, car celles-ci permettent de financer et de consolider de nombreuses actions et de nombreux projets dans les domaines : :
de l'enseignement,
des fonds d'aide aux élèves,
des programmes et échanges internationaux,
des équipements pédagogiques et techniques,
de la documentation et de la recherche...
 
...c’est miser sur la jeunesse, miser sur l’avenir...
 
Dès lors, entrepreneurs, grandes, moyennes et petites entreprises, dirigeants de sociétés, chargés de ressources humaines, de communication, responsables du dossier taxe d’apprentissage... si vous souhaitez participer au développement de l’École, des programmes d’études, développer les actions internationales, abonder des fonds d’aide et des bourses de recherche... Misez sur l’avenir !... en versant tout ou partie de votre taxe à l'établissement :
 
votre versement doit être obligatoirement effectué par l'intermédiaire d'un organisme collecteur de votre choix avant le 1er mars 2020.
 
pour que votre versement soit bien affecté à l’École du Louvre, donnez vos instructions sur le formulaire de votre organisme collecteur en indiquant :
 
Notre nom et adresse :
École du Louvre
Palais du Louvre. Porte Jaujard. Place du Carrousel
75038 Paris cedex 01
 
Notre numéro UAI : 075 3489 K
 
La catégorie sélectionnée : catégorie B
 
À vous, élèves, anciens élèves, auditeurs, enseignants, professionnels des musées et du patrimoine, lecteurs de cette lettre d'information, si vous avez parmi vos connaissances ou vos proches, des personnes occupant des postes dans des sociétés assujetties à cet impôt, pourriez-vous les sensibiliser à la démarche de l'École et les encourager à participer à notre projet pour que leur entreprise verse tout ou partie de cet impôt à notre établissement ?
N'hésitez pas à nous faire connaître les éventuelles personnes ressources pour établir un premier contact (soutenirlecole[a]ecoledulouvre.fr.)
 
....................................................................................................................................................................................
 
Pour en savoir plus :
Le site https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F22574
La taxe d'apprentissage à l'École du Louvre
Votre contact à l'École du Louvre : soutenirlecole[a]ecoledulouvre.fr
Les entreprises qui soutiennent l'École du Louvre avec la taxe d'apprentissage

Merci aux entreprises qui soutiennent l'École du Louvre avec la taxe d'apprentissage :
3M France, A. Bessero électricité, Arvor Enchères, Agence France Muséums, ALB Antiquités-Galerie Antoine Broccardo, Alzane, André Chenue S.A., Antik 4U événements, Arcéos, Archipel studio, Artéum, Arvor Enchères, Audap & Mirabaud, Assetfin, AZ Corporations, Beautemps, Berty et compagnie, Binoche et Giquello, Boisseau-Pomez, Boscher signalétique et image, Bullit Studio, Cabinet Christian Tourret, Capital Sécurité, Caura Barszcz, Chaine thermale du soleil, Chaumet, Christie's France, Christie's France SNC, Commissaires-priseurs Multimédia, Consorts d’Albufera, Editions Norma, E-Canopy, Entwistle France, Envied’art2, Eric Gizard et associés, Fage Editions, Fimalac, Galerie Daniel Templon, Galerie François Leage, Galerie Hopkins Custot, Galerie Jacques Leegenhoek, Galerie Jean Fournier, Galerie J. Kugel, Galerie Nathalie Motte-Messelink, Galerie Paris Beijing, Galerie Paul Prouté, Galerie les Filles du Calvaire, Galerie Stéphane Jacob, Galerie Terrades, Galerie Zürcher, Géode Sécurité, Graf-Paris, Grahal (Groupe de recherche art histoire architecture et littérature), Groupe Marc de Lacharrière, Horus Finance, Hyleos Sureté, Idex Energie, Inpact, INRAP, Jacob I, Jean-Marc Delvaux, Daniel Lebeurrier, Librairie Galignani, LMC France, LP Art, MAIF, Maison A. Buvelot, Newstank, Nouvelles éditions Scala, Opera print, Organet, Pascal Zuber art et conseil, Piasa, Pleyon System, Reed organisation France, Renaud Giquello et associés, Réunion des musées nationaux-Grand Palais, Royale événements, Soc Broyeur, Sotheby's France S.A.S., etc.

 
LE CHANGEUR ET SA FEMME (DÉTAIL), REYMERSUWAELE, MUSÉE DES BEAUX ARTS DE VALENCIENNES




Les arts portugais (XVe siècle-XVIIIe siècle)

 
Si l’âge d’or des Grandes découvertes a légué à l’histoire de grands noms comme ceux de Magellan et Vasco de Gama, l’art portugais à l’époque moderne reste un domaine moins bien connu.
Souvent rattaché à l’hégémonie de son voisin ibérique ou limité à son expression décorative (celle de l’azulejos), le florissant développement artistique du Portugal mérite pourtant la plus grande attention. La mise en lumière par la recherche du peintre primitif Nuno Gonçalves (c. 1420-1490) ou celle plus récente de Josefa de Obidos (1630-1684), femme artiste spécialisée dans la peinture religieuse et les natures-mortes, invitent à redécouvrir ces siècles de fertile production. L’art manuélin et son architecture ornée témoignent à la fin du XVe siècle du creuset prolifique qu’offrait la cour du roi Manuel Ier, alors même que la venue de Jan van Eyck en 1428 était déjà le signe d’influences cosmopolites fortes (flamandes, mauresques, italiennes...).
Cette Renaissance portugaise, dotée d’une école de primitifs remarquables, puis d’un astre aussi brillant que le peintre italianisé Francisco de Holanda, se déploie de manière originale jusqu’aux confins de l’Empire dans une production d’objets précieux remarquable : faïences, ivoires et cabinets indo-portugais à Goa, peintures Namban au Japon... Le développement du baroque y atteindra ensuite une apogée particulière, dans une opulence expressive éblouissante.
Ce cycle découverte invite à parcourir les facettes artistiques singulières d’un Empire dont l’extension continentale a fait l’une des toutes premières puissances mondiales.
 
Cycle découverte :
Les arts portugais (XVe siècle-XVIIIe siècle)

Avec
Yves Pauwels,
professeur d’histoire de l’architecture moderne, Université François Rabelais, Tours
Sylvie Deswartes Rosa,
directrice de recherche émérite, Centre national de la recherche scientifique, Lyon,
Institut d'histoire des représentations et des idées dans les modernités
Romain Thomas,
maître de conférences en histoire de l’art moderne, Université Paris-Nanterre
Céline Ventura Teixeira,
maître de conférences en histoire de l’art moderne, Université Aix-Marseille
et Philippe Mendes,
historien de l’art, galeriste
 
Les 7, 14, 21, 28 janvier et 4 février 2020, de 19h00 à 20h30.
Ce cycle est sans visite d’application.
 
S'inscrire en ligne à partir du 5 novembre 2019
Télécharger le programme
 
Informations et tarifs : cycles.decouverte[a]ecoledulouvre.fr
01.55.35.18.37
 
....................................................................................................................................................................................
 
Destinées au plus large public, les cycles découverte sont proposées ponctuellement durant l’année autour de sujets thématiques d’archéologie, d’anthropologie, d’histoire des civilisations et d’histoire de l’art en rapport avec l’actualité des musées, du patrimoine et de la recherche. Chaque cycle de cinq séances (cinq mardis, de 19h00 à 20h30) comprend des cours magistraux et, selon les cycles, une visite d'application dans un musée ou un monument.

 
AZULEJO (DÉTAIL), MUSEU NACIONAL DO AZULEJO, LISBONNE




Vampires...

 
Dernière nuit de frayeur avec les Jeudis Jeunes de la Cinémathèque et les Vampires. De Dracula à Buffyet les jeunes historiens de l’art de l’École du Louvre, médiateurs de nos effrois et craintes nocturnes.
Un ultime rendez-vous destiné au moins de 26 ans (et autres curieux) à partir de 18h00 et jusqu'à minuit, pour découvrir en compagnie des étudiants spécialisés en « Histoire du Cinéma » ou « Histoire de la peinture » et autour de grandes thématiques, le monde, les sources, l’iconographie, l’historiographie, la fortune artistique et critique... des vampires, aussi effrayants que sensuels, devant qui l’on défaille ou trépasse et qui suscitent en nous aussi bien la peur que le désir.
 
Troisième Jeudis Jeunes :
Jeudi 9 janvier 2020 de 18h00 à minuit :
De Buffy à Twilight : le vampire fait-il sa crise d’ado ?
Ou l’adolescence et la « Teen culture » revisitées aux filtres des grandes thématiques du film de vampire mêlant désir, passion, sexualité, émancipation, acceptation de ses différences et de celles des autres...
 
Visite insolite de l’exposition, commentaires, échanges et projection du film Génération perdue de Joël Schumacher. (1987)
 
....................................................................................................................................................................................
 
Vampires, de Dracula à Buffy
Exposition du 9 octobre 2019 au 19 janvier 2020
 
....................................................................................................................................................................................
 
Cette opération de médiation s’inscrit dans le programme des actions d’application pratique des enseignements dispensés à l’École du Louvre. Sa préparation a été assurée par la Cinémathèque et les équipes pédagogiques de l’École du Louvre.
 
 
   





Les images de la Passion dans l’Occident médiéval et moderne

 
Au cœur du christianisme se situe le récit de la Passion, qui relate les tout derniers moments de la vie terrestre de Jésus, depuis son arrestation jusqu’à sa mort sur la croix. Dans les Évangiles, la Passion est précédée de l’institution de l’Eucharistie, et suivie par la Résurrection de celui qui est reconnu, par les croyants, comme Dieu incarné.
Le Moyen Age et les Temps modernes ont laissé de très nombreuses représentations des différents moments évoqués par les textes et par la tradition. Les plus grands artistes s’y sont employés, dans une culture occidentale qui considérait les images comme un vecteur fondamental de la transmission de la foi.
 
Les différentes séances de ce nouveau programme suivront le fil du récit de la Passion pour proposer une étude iconographique et iconologique de chaque épisode du cycle.
 
....................................................................................................................................................................................
 
Cycle découverte :
Les images de la Passion dans l’Occident médiéval et moderne

Par Pauline Duclos-Grenet,
docteure en histoire de l’art médiéval,
ancienne élève de l’Ecole normale supérieure, professeure d’histoire
 
Les 6, 13, 20, 27 mars et 3 avril 2020, de 18h30 à 20h00.
Ce cycle est sans visite d’application.
 
 
Informations et tarifs : cycles.decouverte[a]ecoledulouvre.fr
01.55.35.18.37
 
....................................................................................................................................................................................
 
Destinées au plus large public, les cycles découverte sont proposées ponctuellement durant l’année autour de sujets thématiques d’archéologie, d’anthropologie, d’histoire des civilisations et d’histoire de l’art en rapport avec l’actualité des musées, du patrimoine et de la recherche. Chaque cycle de cinq séances (cinq mardis, de 19h00 à 20h30) comprend des cours magistraux et, selon les cycles, une visite d'application dans un musée ou un monument.

 
ANTONELLO DE MESSINE, LE CHRIST À LA COLONNE (DÉTAIL) PARIS, MUSÉE DU LOUVRE




Musée du Louvre et École du Louvre pour les nocturnes du samedi soir

 
Troisième session de Nocturnes du Samedi soir du musée du Louvre pour les élèves-médiateurs de l’École du Louvre qui vous donnent rendez-vous samedi 4 janvier 2020, pour une nouvelle aventure nocturne et gratuite de 18h00 à 21h30 consacrée aux Monstres et Merveilles.
 
Ce projet, conçu comme un moment festif et populaire, décliné sur toute l’année, est à destination des visiteurs de proximité, des Franciliens, des jeunes, des familles avec de grands enfants et adolescents ainsi que des visiteurs qui viennent pour la première fois au musée. Un projet dans lequel l’École du Louvre est investie depuis le mois de janvier 2019 avec plus d’une centaine d’élèves médiateurs du soir, volontaires et engagés pour participer à cet accueil inédit.
 
Après une introduction au Louvre et son histoire, via un accès libre dans les ailes Denon et Sully, les élèves-médiateurs proposeront dans l’aile Richelieu (accès sur réservation) différentes activités pour les visiteurs, certaines en collaboration avec des institutions partenaires (concerts, ateliers de dessins, de croquis, de badges, de puzzles, de cartels, coins lectures...)
Pour cette nouvelle nocturne, ils accompagneront une performance sonore et aquatique aux instruments Baschet de l'artiste Aurélie Ducol qui fera dialoguer sculpture sonore et œuvres de la cour Marly. Les élèves de l’École conduiront également des visites, dans l’obscurité et à la torche électrique, des salles des objets d'art, à la découverte de la tenture de l'histoire de Scipion.
 
Dans les étages de l'aile Richelieu, les visiteurs pourront découvrir en leur compagnie les chefs d'œuvre du département des objets d'arts du Moyen Âge et de la Renaissance. Enfin les visiteurs découvriront les courts-métrages fantastiques de la pionnière du film d’animation Lotte Reiniger (1899-1981) avec ses contes et fééries en papiers découpés et ombres chinoises, ou encore les Rubens de la Galerie Médicis.
 
....................................................................................................................................................................................
 
Près d'une centaine d'élèves de l’Ecole du Louvre participent au programme « La nocturne du samedi ». Cette opération, véritable exercice pédagogique grandeur nature, leur permet de se confronter aux différentes étapes constitutives d'un projet de médiation (étude, recherches documentaires, préparation de textes, contacts avec les équipes du musée, techniques de médiation, médiation, analyse, bilan...).
 
Conçu lors d’ateliers collaboratifs, encadré par les équipes de médiation et des publics du musée et les équipes pédagogiques de l’École, ce projet de médiation, décliné sur l'année, veut encourager les nouveaux visiteurs à découvrir les œuvres et le palais dans un contexte privilégié et dans l’atmosphère particulière de la nuit. Une offre évolutive, thématisée, autour d’interventions originales, de commentaires d’œuvres adaptés et interactifs, de découvertes d’espaces avec de nouveaux dispositifs nocturnes...
 
....................................................................................................................................................................................
 
logo musée du Louvre   

 
LA NOCTURNE DU SAMEDI AU LOUVRE




Nuit de mascarade à Orsay avec Degas et l’opéra

 
En clôture de l'exposition Degas à l'Opéra, les élèves de l’École du Louvre participeront à la première Curieuse Nocturne de la saison 2020 au musée d'Orsay : « Mascarade ! Bal masqué à l'Opéra », le jeudi 16 janvier 2020 de 18h30 à 23h00.
Durant cette soirée dédiée au jeune public, et en prolongement de l’exposition, les étudiants-médiateurs seront dans les collections permanentes pour présenter et commenter des œuvres au public à travers un jeu de piste sur Edgar Degas et sa tendresse particulière pour la légèreté et la folie du carnaval
 
Une nocturne en forme de mascarade dans un musée converti en bal masqué géant dans la tradition de ceux de l'Opéra. Méphisto, Arlequin, ou bien héros imaginaires : dissimulé derrière leurs masques, les visiteurs pourront donner libre court à leur fantaisie et entrer dans la danse, de la tarentelle au break-dance en passant par le swing et le ballet.
 
Rencontres inspirantes, médiations, concerts et Dj-set se succèderont toute la soirée.
 
 
   





« Penser, travailler, écrire à deux.
Les couples d’historiennes et d’historiens de l’art » appel à communication

 
Nombreux sont les couples en histoire de l’art qui offrent matière à réflexion : Charles et Elizabeth Eastlake ; Bernard Berenson et Mary Logan ; Galienne et Pierre Francastel ; Adolph Goldschmidt et Wilhelm Vöge ; Margot et Rudolf Wittkower ; Jane et Marcel Dieulafoy ; Richard et Trude Krautheimer ; Gaston Brière et Clotilde Brière-Misme ; Gabrielle et Léon Rosenthal ; Erna et Otto Grautoff ; Clementina Anstruther-Thomson et Vernon Lee ; Rose et Salomon Reinach ; Georges-Henri Rivière et Nina Spalding Stevens ; Marianne et Paul Pelliot… Les écrits à quatre mains, les associations privées ou publiques, la postérité inégale de ces figures n’ont cependant que rarement retenu l’attention des historiens de l’art soucieux d’interroger l’histoire de la discipline. Quelques travaux comme ceux d’Emily J. Levine sur Dora et Erwin Panofsky ou de Kathryn Brush sur Arthur Kingsley Porter et Lucy Wallace Porter ont pourtant donné une idée vive, pleine d’attendus, sur un tel programme. Hors de l’histoire de l’art, les exemples d’Auguste Comte, Simone de Beauvoir ou Max Weber, parmi ceux qui ont fait l’objet de recherches récentes, montrent combien l’œuvre de ces auteurs peut être réexaminé à la lumière du couple.
 
Née de l’ambition d’explorer cette matière complexe et s’inscrivant dans un champ d’études encore embryonnaire en France, cette journée autour des couples d’historiennes et d’historiens de l’art est ouverte à tout cadre chronologique et géographique ainsi qu’aux différents domaines artistiques (peinture, sculpture, architecture, photographie, archéologie, arts domestiques, costume...) ; l’histoire de l’art y est envisagée dans toutes ses variations et dimensions possibles (musées, archives, bibliothèques, universités, traductions...).
Le couple est ici entendu dans une acception plus large qu’habituellement comme « deux personnes, souvent un homme et une femme, réunies dans une activité » (Petit Robert, 2015) ; hétérosexuel ou non, marié ou limité au seul périmètre professionnel – à l’image de Gertrud Bing et Aby Warburg –, il peut aussi revêtir un caractère fictif lorsqu’il est fait usage d’un alter-ego pseudonymique. Cette définition implique que la dimension intime voire anecdotique de la relation ne doit pas faire l’objet d’une analyse univoque et biographique, mais bien servir l’histoire des idées et des processus intellectuels.
 
Quelles sont les possibilités offertes, ou non, par le couple ? Comment se construit à deux le partage des savoirs et des tâches ? Une division nette du travail et de la production scientifique est-elle perceptible ? Quelles stratégies le couple peut-il servir ? Reconduit-il des rapports hiérarchiques de pouvoir ? Est-il un lieu de rivalité ou d’émulation ? Quelles sont les logiques d’effacement de soi qui peuvent être à l’œuvre ? Autant de questions qui pourront être posées lors de cette journée où examen des savoirs, étude de fonds d’archives et génétique des textes s’articuleront à une réévaluation de personnalités souvent situées « à l’ombre de ».
 
Comme l’histoire de l’art et des artistes, l’histoire de l’histoire de l’art a produit des discours où se répètent souvent les mêmes noms et où sont conviées les mêmes voix. Elle s’est largement construite sur une survalorisation individuelle, pour ne pas dire vocationnelle, oubliant parfois que le travail scientifique se nourrit aussi de dynamiques collectives, de réseaux et de discours plurivoques allant à l’encontre d’un auteur unique et héroïque, d’une signature autoritaire et tutélaire. Cette fabrique historiographique, si elle a le mérite de brosser les contours d’une discipline en quête d’identité et de validité, a aussi contribué à forger des modèles d’identification qui ne laissent qu’une place marginale aux femmes. Interroger les couples est une façon de reprendre cette histoire, par une voie trop peu empruntée.
 
....................................................................................................................................................................................
 
Journée d’étude
Penser, travailler, écrire à deux.
Les couples d’historiennes et d’historiens de l’art.

organisée par l’Institut national d’histoire de l’art, en partenariat avec le Centre national de la recherche scientifique (LEGS UMR 8238) et l’École du Louvre.
20 mai 2020
Paris, Institut national d’histoire de l’art
 
      
 
....................................................................................................................................................................................
 
Télécharger l’appel à communication :
en français et en anglais
 
Modalités de soumission des propositions :
Les communications pourront avoir lieu en français et/ou en anglais.
Les propositions de 3000 signes maximum (soit 500 mots), accompagnées d’un bref curriculum vitae et d’une liste des publications, devront être adressées à :
Pascale Cugy (pascale.cugy[a]inha.fr)
Charlotte Foucher Zarmanian
(charlotte.foucher[a]legs.cnrs.fr)
et François-René Martin (francois-rene.martin[a]ecoledulouvre.fr)
avant le lundi 6 janvier 2020
 
Le comité de sélection sera attentif à la variété des situations et des aires géographiques, mais aussi des domaines et espaces de travail étudiés. La publication d’un livre prolongera cette journée.





Télégrammes

 
Arrivée à l’École du Louvre...
Alexandre Asanovic, conservateur d’État des bibliothèques, ancien élève de l’ENSSIB, diplômé d’études approfondies en Archéologie des périodes historiques avec une recherche sur Les formes de l’habitat colonial du littoral septentrional de la mer Noire ; précédemment chef du service Collecte, Traitement et Flux à la Direction des Bibliothèques et de la Documentation du Muséum national d'Histoire (2017-2019), responsable du pôle Collections à la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (2012-2016), est nommé chef des services documentaires de l’École du Louvre à compter de janvier 2020. Il succède à Sophie Daix, nommée directrice des bibliothèques de l'Université Paris 2 Panthéon-Assas.
 
....................................................................................................................................................................................
 
De nouveaux cycles de cours en régions débutent au mois de janvier 2020 et début février 2020 :
 
À Angers, salle Chanzy
Colbert et les arts : au service du roi.
Cycle thématique de 5 séances de 1h30, les mardis de 18h00 à 19h30,
à partir du 7 janvier 2020.
Association Angers Musées Vivants
S'inscrire en ligne

À Caen, au musée des Beaux-Arts
De William Hogarth aux Préraphaélites : l'exception anglaise
Cycle thématique de 4 séances de 1h30, les mercredis, de 17h45 à 19h15,
à partir du 9 janvier 2020.
Le musée des Beaux-Arts de Caen
S'inscrire en ligne

À Dijon, au musée des Beaux-Arts
Visions de l'ailleurs.
L'Orientalisme dans l'art, de l'expédition d'Egypte au début du XXe siècle

Cycle thématique de 5 séances de 1h30, les jeudis, de 18h00 à 19h30,
à partir du 9 janvier 2020.
Le musée des Beaux-Arts de Dijon
S'inscrire en ligne

À Limoges, à l'ENSIL
Les arts dans le monde arabe, une autre expression de la beauté
Cycle thématique de 4 séances les mercredis de 18h15 à 19h30
à partir du 5 février 2020.
Association Adrien Dubouché
S'inscrire en ligne

À Lyon, au musée des Beaux-Arts
Etoffes et plis. Les dessins de drapés de la Renaissance à nos jours
Cycle thématique de 5 séances de 1h30, les lundis, de 18h30 à 20h00,
à partir du 27 janvier 2020.
Le musée des Beaux-Arts de Lyon
S'inscrire en ligne

À Marseille, au MuCEM
Quand les artistes se font nomades.
Se former par le voyage en Europe et en Méditerranée

Cycle thématique de 5 séances de 1h30, les lundis, de 14h30 à 16h00,
à partir du 6 janvier 2020.
Le MuCEM
Informations (cous complet)

À Niort, au musée Bernard d’Agesci
De l'archet au pinceau : représenter la musique de la Renaissance à nos jours
Cycle thématique de 5 séances de 1h30, les mardis de 18h00 à 19h30,
à partir du 4 février 2020.
Musée Bernard d’Agesci
S'inscrire en ligne
 
....................................................................................................................................................................................
 
Master franco-allemand de l’Ecole du Louvre
Le master international d’histoire de l’art et de muséologie de l’École du Louvre et de l’Université de Heidelberg est désormais présent sur les réseaux sociaux. Ce canal spécifique d’information et de diffusion du « master franco-allemand de l’École du Louvre », propose de partager les temps forts du programme, le calendrier de dépôt des candidatures, des des témoignages, et de mettre à l’honneur ses élèves – anciens et actuels. N’hésitez pas à aimer et partager cette page et en parler autour de vous !
https://www.facebook.com/MasterFrancoAllemand.EDL/
 
....................................................................................................................................................................................
 
Viennent de paraître, deux nouveaux petits Manuels de l'École du Louvre :
 
La Mésoamérique
Eric Taladoire et Brigitte Faugère-Kalfon

352 pages. 300 illustrations en noir et blanc, format 153x203. 20 euros
 
La Chine du néolithique à la fin des cinq dynasties (960 de notre ère)
Danielle Elisseeff

384 pages. 300 illustrations en noir et blanc, format 153x203. 20 euros
 
....................................................................................................................................................................................
 
De l'actualité et des télégrammes en continu sur
 
          





Informations pratiques

 
Venir à l'École du Louvre
Métro : Palais Royal, Tuileries, Pyramides
Ouvert tous les jours de 9h30 à 17h30 sauf samedi et dimanche
Téléphone : 01 55 35 18 00
www.ecoledulouvre.fr
 

Portes ouvertes 2020...

 
Rendez-vous samedi 18 janvier 2020, de 10h00 à 17h00, pour une nouvelle journée de portes ouvertes; ou l'occasion pour les visiteurs d’un jour, lycéens, étudiants, futurs élèves, parents, professionnels de l’orientation, enseignants, futurs auditeurs, de découvrir l'École, ses enseignements et ses débouchés.
 
Informations sur parcoursup, le nouveau concours d’entrée, sur les cursus, les équivalences et les partenariats nationaux et internationaux, conférences sur l’Ecoleet sa scolarité, tables rondes sur les métiers, informations sur la formation continue et les opérations d'action culturelle (cours du jour, du soir, d'été, cours en régions, cycles de découverte, junior classes...), présentation des activités associatives (Association de l'École, École du Louvre Alumni, bureau des élèves, clubs du Bde, Junior entreprise...), projections de films d'histoire de l'art, témoignages d'anciens élèves devenus des professionnels reconnus... seront au programme de cette journée.

 
ÉCOLE DU LOUVRE




Être candidat/candidate au concours d’entrée de l’Ecole du Louvre

 
Profitez des portes ouvertes pour vous informer sur le nouveau Concours d’entrée en premier cycle de l’École du Louvre. Comme l’ancien test probatoire, le Concours d’entrée en premier cycle de l’École du Louvre est l’unique porte d’entrée pour l’accès en première année de premier cycle. Il a toujours comme objectif d’évaluer si les candidats ont les aptitudes et les compétences nécessaires pour entreprendre et poursuivre avec les meilleures chances de succès les études de premier cycle de l’École du Louvre (trois années d’études). Ces études sont mises sous le signe d’une pédagogie unique, qui a fait ses preuves depuis la fondation de l’École, en 1882, même si elle s’est modernisée au fil de son histoire..
 
Le concours d’entrée tient compte de deux nouveaux paramètres :
 
à partir de 2020, l’École du Louvre entre dans le dispositif Parcoursup,
l’École souhaite sélectionner des candidats préparés à sa spécificité pédagogique.
 
Quelle est la pédagogie spécifique de l’École du Louvre en premier cycle ?
 
Deux éléments fondamentaux et originaux la constituent : son programme et sa méthode.
 
Alors que les universités françaises favorisent désormais la pluridisciplinarité pendant les premières années des études, en facilitant les passerelles entre une discipline et une autre, l’École du Louvre a choisi de concentrer son programme sur l’histoire de l’art et l’archéologie, ancrées sur les témoignages matériels des civilisations.
 
Fondée sur l’apprentissage du regard et de la relation directe avec l’œuvre d’art, appréhendée dans son histoire mais aussi dans sa matérialité, la pédagogie de l’École sollicite activement la mémoire (visuelle et textuelle), tout comme la réflexion (comparative, contextuelle).
Le premier cycle combine de manière originale deux modules : le premier fournit un socle de connaissances complet d’histoire générale de l’art, le second propose un choix de spécialité, parmi la trentaine que propose l’École. Le tronc commun aborde successivement, pendant trois ans, et sous une forme condensée, toutes les périodes et tous les continents par le biais de leurs productions artistiques et de leur civilisation. S’y ajoutent une approche des techniques de création, de l’histoire des collections et de l’iconographie, un enseignement de langues vivantes et éventuellement de cours optionnels. En troisième année, quelques cours sont dispensés en langues étrangères.
 
Assimiler ce socle de connaissances requiert :
une curiosité et un goût prononcés pour l’art, les musées, le patrimoine, la lecture…,
une force de travail importante,
des acquis préalables assurant une bonne capacité à se situer dans l’espace et le temps,
une très bonne maîtrise de l’écrit,
une autonomie et une maturité suffisantes.
 
L’évaluation repose principalement sur la restitution raisonnée de connaissances à l’écrit. Car, pour des raisons de structure et d’organisation de l’enseignement à l’École, majoritairement confié à des conservateurs et professionnels de musées et du patrimoine, la part de contrôle continu et d’évaluation orale est limitée. Les examens sont donc majoritairement positionnés en contrôle terminal et consistent en épreuves écrites : dissertations ou commentaires d’œuvres, dont la méthode s’éprouve au cours de l’enseignement devant l’œuvre ou en salles de cours à l’École et de séances de tutorat, proposées sur la base du volontariat en première année.
 
Première étape du concours : une pré-sélection effectuée dans Parcoursup
 
Une première sélection des candidats est opérée à partir des notes du baccalauréat de français de Première et de celles de certaines matières évaluées en contrôle continu pendant l’année de Première et les deux premiers semestres de Terminale.
Les candidats pré-sélectionnés sont convoqués pour la deuxième étape du concours.
Les candidats qui ont suivi en Terminale l’option de spécialité « Histoire des arts » sont dispensés de pré-sélection et directement convoqués à la deuxième étape.
 
Deuxième étape du concours : une épreuve écrite composée de trois exercices
 
Une série de questions permettant d’évaluer la capacité des candidats à se situer dans l’espace (lecture de cartes, plans, etc.) et dans le temps (maîtrise de repères chronologiques, usage d’une chronologie).
Le programme du tronc commun de première année de premier cycle portant sur les périodes anciennes, les civilisations et les sites archéologiques des Antiquités orientales, égyptiennes, grecques, romaines ainsi qu’indiennes, chinoises, il est indispensable que les élèves puissent asseoir leurs futures acquisitions de connaissances sur de solides structures spatio-temporelles.
Durée de l’épreuve : environ 20 mn. 20 points.
 
Un exercice de description d’une œuvre d’art
Cette épreuve permet évaluer les capacités d’observation et d’attention portée à une œuvre (reprographiée en couleurs) soumise aux candidats, ainsi que leur aptitude à structurer une description, en conjuguant acuité du regard, précision du vocabulaire et maîtrise de l’expression écrite.
Durée de l’épreuve : environ 40 mn. 20 points.
 
Une composition d’histoire de l’art
Cette composition écrite fait appel à la culture scolaire et personnelle du candidat, mais rend également compte de la préparation de l’épreuve accomplie pendant l’année scolaire en cours. Ainsi le sujet qui doit être traité permet de faire appel à certaines des œuvres mises annuellement au programme (voir plus loin), de les associer –éventuellement avec d’autres- dans un propos clair et organisé. L’épreuve permet aussi d’apprécier la correction de la langue et les qualités d’expression écrite du candidat.
Durée de l’épreuve : environ 2h00. 40 points.
Une liste limitative d’œuvres (entre 25 et 40 au maximum) est fournie au début de l’année scolaire aux candidats sur le site internet de l’École du Louvre : elle doit avoir fait l’objet d’un travail personnel préalable par les candidats. Il s’agit d’acquérir une connaissance fine de ces œuvres (tant du point de vue de leur matérialité, de leur localisation… que du contexte de leur création). Les œuvres qui constituent ainsi un programme annuel sont réparties sur une chronologie longue et ne se limitent ni à la France ni aux cultures occidentales. Elles font partie de collections publiques et sont facilement accessibles sur les sites internet des différents musées dans lesquels elles sont conservées. Une bibliographie très limitative, composée d’un ou deux ouvrages d’histoire générale de l’art, peut être adjointe à cette liste.
 
Conseils pour la préparation du concours d’entrée à l’École du Louvre
 
Se préparer suppose une solide motivation et un investissement personnel.
Il n’est pas nécessaire de suivre des cours ou une préparation collective.
 
La première épreuve repose sur la maîtrise générale d’un cadre chronologique et topographique (histoire humaine et géographie physique). Les connaissances acquises au cours de l’enseignement secondaire le fournissent. Il est bon d’en faire une révision large, des grandes périodes de la préhistoire à nos jours (dates-clés), de la géographie physique et historique de la France aux grands équilibres planétaires.
 
La deuxième épreuve est une description d’œuvre d’art. Il n’y a pas de méthode toute faite pour traduire en mots ce que l’on voit. Trois critères sont cependant fondamentaux : la capacité à aiguiser son regard, la précision du vocabulaire, la structuration et la qualité du texte produit. Cette épreuve n’appelle pas de connaissances particulières en histoire de l’art.
 
La troisième épreuve est une composition d’histoire de l’art, traitant un sujet assez général portant sur une longue période chronologique. Elle se fonde sur la culture personnelle ainsi que sur le travail fourni à partir des œuvres du programme fourni par l’École du Louvre. Elle doit permettre d’apprécier l’aisance des candidats dans l’usage de la langue écrite, du point de vue de la maîtrise de la forme (orthographe, grammaire, syntaxe, élégance du style) comme dans la conduite d’un raisonnement. Il est impératif de structurer cette composition par la présence d’une introduction, présentant le sujet, ses enjeux, et annonçant le plan choisi. Le développement sera ensuite organisé en quelques parties, articulées entre elles. Le devoir se terminera par une conclusion récapitulant les grandes lignes de l’argumentation. La spécificité d’une composition d’histoire de l’art est de prendre appui sur des exemples précis se référant à des œuvres clairement nommées et identifiées. On veillera à ne pas accumuler l’évocation d’exemples, mais à les introduire judicieusement dans le développement des idées successivement exposées, en en justifiant le choix. Les candidats pourront puiser ces exemples dans la liste limitative fournie par l’École, mais aussi valoriser leur culture visuelle.
 

 
ÉCOLE DU LOUVRE




Être élève à l'École du Louvre

 
Conférences d'information sur l'École du Louvre
Amphithéâtre Rohan

99, rue de Rivoli. 75001 Paris (Entrée par le Carrousel du Louvre)
(entrée libre dans la limite des places disponibles)
 
Une conférence de quarante-cinq minutes, proposée le matin et répétée l’après-midi : pour présenter l'École, ses missions, son enseignement et ses spécificités pédagogiques ; pour mieux connaître son fonctionnement, ses conventions et ses partenariats internationaux et les métiers auxquels elle prépare.

11h30 L'École du Louvre, une école au Louvre :
enseignement et scolarité

Noémi Joly, docteure en histoire de l’art, chargée de mission, direction des études, Ecole du Louvre
....................................................................................................................................................................................
14h30 L'École du Louvre, une école au Louvre :
enseignement et scolarité

Claire Barbillon, professeure des Universités, directrice de l'École du Louvre

 
CLAIRE BARBILLON




Après l'École :
les métiers des musées, du patrimoine et du marché de l'art...

 
Série de conférences sur les métiers
Amphithéâtres Michel-Ange, Dürer et Goya (en diffusion simultanée)

(entrée libre dans la limite des places disponibles)
 
Des métiers après l'École du Louvre...
Dix grands secteurs sont présentés par des professionnels des musées, du patrimoine et du marché de l'art. Vingt minutes d'exposé par domaine et dix intervenants, pour autant de témoignages sur des métiers à découvrir ou à mieux connaître.
 
L'ordre des interventions peut être sujet à modifications. N'hésitez pas à consulter ce programme régulièrement en l'actualisant à l'aide de la touche F5 de votre ordinateur

10h30 Chargé des publics, médiateur/médiatrice...
par Émilie Bel, chargée de médiation scientifique et culturelle, musée de l’Homme-MNHN
....................................................................................................................................................................................
11h00 Attaché de conservation...
par Aurélie Gavoille, attachée de conservation du patrimoine, musée Marmottan-Monet
....................................................................................................................................................................................
11h30 Régisseur...
par Marine Martineau, régisseuse des expositions, musée du quai Branly-Jacques Chirac
....................................................................................................................................................................................
12h00 Audiovisuel et multimédia...
par Floriane Casula, cheffe de projet, Fleur de papier, agence de création audiovisuel et multimédia
....................................................................................................................................................................................
12h30 Restaurateur du Patrimoine...
par Adèle Cambon de Lavalette, restauratrice sculptures
....................................................................................................................................................................................
13h00 Archéologue...
par Bénédicte Lhoyer, égyptologue
....................................................................................................................................................................................
PAUSE
....................................................................................................................................................................................
14h00 Conservateur...
par Grégoire Hallé, conservateur du patrimoine, directeur du musée des Beaux-Arts de Draguignan
....................................................................................................................................................................................
14h30 Métiers du marché de l’art...
par Sylvain Alliod, Rédacteur en chef de La Gazette Drouot
....................................................................................................................................................................................
15h00 Documentaliste...
par Vincent Rousseau, documentaliste, service de la documentation, département des sculptures, musée du Louvre
....................................................................................................................................................................................
15h30 Commissaire-priseur...
par Yonathan Chamla, commissaire-priseur

 
MUSÉE DES AUGUSTINS, TOULOUSE




Les associations de l'École du Louvre

 
Les différentes associations de l'École du Louvre seront présentes tout au long de la journée pour informer sur leurs activités et la vie étudiante.

Le Bureau des élèves de l'École du Louvre (Bde)
Hall Jaujard, salle Angkor

Présentation des activités (clubs, journal, ciné-club, conférences, voyages...) et des projets.
le site Internet
la page Facebook
Twitter
Instagram
....................................................................................................................................................................................
L'association de l'École du Louvre et École du Louvre Alumni
Hall Jaujard, bureau de l'association

Présentation des activités (club emploi, voyages, annuaire, conférences, prix...)
Présentation d'École du Louvre Alumni, le cercle des anciens élèves diplômés et ses activités.
le site Internet
la page facebook
Twitter
....................................................................................................................................................................................
École du Louvre Junior conseil (Junior entreprise)
Bureau de la Junior

Présentation des activités et des projets.
le site Internet
la page Facebook
Twitter
Youtube
LinkedIn





Les publications de l'École du Louvre

 
Espace cafétéria
Pour ses élèves, la communauté étudiante, les professionnels de l’archéologie, de l’histoire de l’art, du patrimoine et le public des musées, l'École du Louvre publie plusieurs collections d'ouvrages spécialisés.
 
La collection « Manuels de l'École du Louvre »
La collection « Petits manuels de l'École du Louvre »

prolongements de l'enseignement, qui proposent des ouvrages de référence, mais aussi d'initiation pour tout lecteur désireux de comprendre ou d'approfondir une civilisation et ses témoignages artistiques.
 
La collection « Rencontres de l'École du Louvre »
qui accueille les actes des journées d'étude et des colloques scientifiques organisés par l'École du Louvre.
 
La collection « Mémoires de recherche de l'École du Louvre »
qui propose les meilleurs travaux de recherche des élèves.
 
La collection « Cahiers de l'École du Louvre  »
revue de recherche en ligne.
 
Une sélection d'ouvrages sera présentée et consultable tout au long de la journée.





Histoires du Louvre...

 
Programme audiovisuel
Salle Imhotep
(entrée libre dans la limite des places disponibles)
 
Le Louvre dans tous ses états : cinq films sur l'histoire du musée, son fonctionnement, ses chefs-d'œuvre, ses habitants, ses visiteurs et ses héros anonymes.

10h15 Illustre et inconnu, comment Jacques Jaujard a sauvé le Louvre
un film de Pierre Pochart et Jean-Pierre Devillers (60 mn)
Ce film dresse le portrait de Jacques Jaujard, directeur des musées nationaux et du musée du Louvre pendant la Seconde Guerre mondiale qui organisa l'évacuation et l'exode de plus de 4 000 œuvres. Le film raconte ce chapitre essentiel et méconnu de l'histoire, le récit est interprété par Mathieu Amalric, et nourri de témoignages, de séquences d'animation et d'archives originales.
VOIR UN EXTRAIT voir un extrait
....................................................................................................................................................................................
11h20 La guerre au Louvre
un film de Jean-Claude Bringuier (52 mn)
....................................................................................................................................................................................
12h30 Le Louvre invisible
un film de Stéphane Krausz (82 mn)
....................................................................................................................................................................................
14h00 Louvre Lens : la Galerie du Temps
un film de Michaël Gaumnitz (52 mn)
Composée de plus de deux cents chefs-d'œuvre provenant de tous les départements du Louvre, La Galerie du temps est le coeur du nouveau musée Louvre-Lens jusqu'à fin 2017. C'est le seul endroit au monde où l'on peut voir en un seul espace, un véritable fleuve d'œuvres constituant à la fois un merveilleux livre de connaissance et de découvertes, mais aussi une succession d'émerveillements. Présentées dans un esprit de transversalité et sous forme chronologique, les œuvres racontent l'histoire de l'humanité, du IVe millénaire avant J.-C. au XIXe siècle européen en passant par la Mésopotamie, l'Egypte, la Grèce et Rome, sans oublier le monde islamique.
....................................................................................................................................................................................
15h00 Francofonia. Le Louvre sous l'occupation
un film d'Alexandre Sokourov (84 mn)
Avec Louis-Do de Lencquesaing et Benjamin Utzerath
À travers l'histoire de la collaboration de Jacques Jaujard et du Comte Metternich pour la préservation des trésors du musée du Louvre, Alexandre Sokourov explore les rapports entre l'art et le pouvoir et questionne ce que l'art nous dit de nous-mêmes au cœur même de l'un des conflits les plus meurtriers qu'ait connu le monde.
BANDE ANNONCE voir un extrait

 
JACQUES JAUJARD




Histoires d'expositions en 2019...

 
Programme audiovisuel
Amphithéâtre Cézanne
(entrée libre dans la limite des places disponibles)
De plus en plus de nos compatriotes se rendent chaque année dans un musée, ce qui en fait la deuxième sortie culturelle après le cinéma. Les expositions temporaires contribuent largement à cet engouement renouvelé, et ce programme propose un florilège de films autour des grandes expositions de 2019.

10h10 Venise l’insolente
un film de Laurence Thiriat (52 mn)
Coauteurs : Laurence Thiriat et Leslie Grunberg
(Illegitime-Défense, Arte France, RMN-Grand Palais)
 
En écho à l’exposition Venise, les arts et l’Europe au XVIIIe siècle
(Grand Palais, septembre 2018-janvier 2019)
 
Venise, la Sérénissime, au début du XVIIIe siècle est une république indépendante régie par un Doge. Elle possède son armée, ses espions, ses colonies en Orient et n'hésite pas à mener ses propres guerres. Mais en 1797, Venise se rend à Napoléon Bonaparte... qui la cède à l'Autriche. La fête permanente se termine et les masques tombent. Mais le XVIIIe siècle a forgé Venise ; elle a certes perdu de son aura économique et politique, mais elle continue aujourd'hui à briller par ses fêtes, sa beauté et sa magie. Ce film prend sa source dans notre époque pour mieux plonger dans cette histoire bouillonnante et mystérieuse ; un voyage fait d'allers-retours permanents ou les seuls mots du narrateur guideront nos pas dans cette ville labyrinthique qui encore émerveille, fascine et captive.
VOIR UN EXTRAIT voir un extrait
....................................................................................................................................................................................
11h10 Miró, le feu intérieur
un film d’Albert Solé (52 mn)
(Cie des Phares & Balises, Minimal Films, Avrotros, Corporació Catalana de Mitjans Audiovisuals- SA., Ens Públic de Radiotelevisió de les Illes Balears, Arte France, Rmn-Grand Palais)
 
En écho à l’exposition Miró
(Grand Palais, octobre 2018-février 2019)
 
Peintre, sculpteur, graveur, céramiste, Joan Miro est l’un des principaux représentants du mouvement surréaliste, il est l’un des peintres les plus influents de du XXe siècle. Trente ans après sa mort, Miró est devenu, une figure iconique du monde de l’art. Plus le temps passe, plus son art devient universel, dépasse les frontières et les genres. Ses œuvres vivent en dehors des musées, sur les murs d’institutions prestigieuses, son influence a pénétré le design, l’architecture et se déniche dans des endroits toujours plus inattendus… A l’occasion de l’exposition Miro au Grand Palais ce film rendra un hommage à son travail et à son héritage artistique.
VOIR UN EXTRAIT voir un extrait
....................................................................................................................................................................................
12h10 Toulouse-Lautrec, l’insaisissable
un film de Gregory Monro (52 mn)
(Emmanuelle Dugne, CFRT Productions-Comité Français de Radio Télévision, ARTE France)
 
En écho à l’exposition Toulouse-Lautrec. Résolument moderne.
(Grand Palais, octobre 2019-janvier 2020)
 
Il est le plus célèbre des affichistes. Virtuose du trait, du mouvement et de cadrages singuliers, il est un dessinateur et un peintre exceptionnel et prolifique ; en moins de vingt ans, Henri de Toulouse-Lautrec a produit pas moins de 737 peintures, 275 aquarelles, 369 lithographies et affiches, et près de 5000 dessins. C’est dans la rue qu’il trouve son succès, dans la peinture d’un monde en pleine transformation, rompant avec la tradition de la peinture bourgeoise. En avance sur son temps, il révolutionne la peinture, l’art de l’affiche et ouvre la voie à la publicité moderne.
VOIR UN EXTRAIT voir un extrait
....................................................................................................................................................................................
13h10 Rouge ! L’art au pays des soviets
un film de Pierre-Henri Gibert et Adrien Minard (52 mn)
(INA-Institut National de l'Audiovisuel, RMN - Réunion des Musées Nationaux, ARTE France)
 
En écho à l’exposition Rouge ! L’art au pays des soviets.
(Grand Palais, mars 2019-juillet 2019)
 
Les peintres de l’avant-garde russe ont annoncé et accompagné la révolution bolchévique. Récit de la Troisième révolution russe, la révolution artistique. « Rien d’ancien – ni les formes, ni la vie ! » : par cette rupture radicale avec le passé, les artistes russes font leur révolution picturale dès 1905 et participent à l’édification de la société nouvelle. Vingt ans plus tard, la belle alliance aura vécu. Ce film est le récit de cette Troisième révolution. Images d’archives, œuvres, tournages, recherches graphiques concourent à restituer le bouillonnement d’une époque et d’un milieu artistique où se jouent les enjeux esthétiques du XXe siècle.
VOIR UN EXTRAIT voir un extrait
....................................................................................................................................................................................
14h10 Degas, le Corps mis à Nu.
un film de Sandra Paugam (52 mn)
(Les Films du Tambour de Soie, Musée d'Orsay, RMN-Réunion des Musées Nationaux Grand Palais, France Télévisions)
 
En écho à l’exposition Degas à l’opéra.
(Musée d’Orsay, septembre 2019-janvier 2020)
 
Comment Edgar Degas, après avoir exposé des danseuses, des repasseuses, des champs de courses, en arrive à peindre des nus en s'attachant aussi fidèlement à leur réalisme anatomique ? On m'appelle le peintre des danseuses, on ne comprend pas que la danse a été pour moi un prétexte à peindre de jolies étoffes et à rendre le mouvement (Degas). Des nus resplendissants d'intimité, où les chairs et les muscles colorés façonnent les corps, saisis dans l'accomplissement de gestes quotidiens. À la perception de l'instant, Degas ajoute celle de l'espace grâce aux vibrations de la lumière... et des mouvements mis à nu.
VOIR UN EXTRAIT voir un extrait
....................................................................................................................................................................................
15h10 Toulouse-Lautrec, l’insaisissable
un film de Gregory Monro (52 mn)
(Emmanuelle Dugne, CFRT Productions-Comité Français de Radio Télévision, ARTE France)
 
En écho à l’exposition Toulouse-Lautrec. Résolument moderne.
(Grand Palais, octobre 2019-janvier 2020)
 
Il est le plus célèbre des affichistes. Virtuose du trait, du mouvement et de cadrages singuliers, il est un dessinateur et un peintre exceptionnel et prolifique ; en moins de vingt ans, Henri de Toulouse-Lautrec a produit pas moins de 737 peintures, 275 aquarelles, 369 lithographies et affiches, et près de 5000 dessins. C’est dans la rue qu’il trouve son succès, dans la peinture d’un monde en pleine transformation, rompant avec la tradition de la peinture bourgeoise. En avance sur son temps, il révolutionne la peinture, l’art de l’affiche et ouvre la voie à la publicité moderne.
VOIR UN EXTRAIT voir un extrait





Histoire de musées

 
Programme audiovisuel
salle Nara
(entrée libre dans la limite des places disponibles)
 
10h15 National Gallery
un film de Frederick Wiseman (173 mn)
National Gallery s'immerge dans le musée londonien et propose un voyage au cœur de cette institution peuplée de chefs-d'œuvre de la peinture occidentale du Moyen Âge au XIXe siècle. C'est le portrait d'un lieu, de son fonctionnement, de son rapport au monde, de ses agents, son public, et ses tableaux. Dans un perpétuel et vertigineux jeu de miroirs, le cinéma regarde la peinture, et la peinture regarde le cinéma.
....................................................................................................................................................................................
13h15 MuCEM, naissance d'un musée
un film de Samuel Lajus (52 mn)
Pendant trois ans, Samuel Lajus a assisté à toutes les étapes de création du MuCEM, saisissant les moments d’enthousiasme, les envolées lyriques, mais aussi les instants de doute et les heures d’abattement, toujours au plus près des protagonistes (architectes, chefs de chantier, conservateurs...).
....................................................................................................................................................................................
14h15 Le Grand musée, le musée d'histoire de l'art de Vienne
un film de Johannes Holzausen (94 mn)
Le Grand Musée pose un regard curieux et plein d'humour sur les coulisses de l'un des plus grands musées au monde, le musée d'Histoire de l'art de Vienne. A l'occasion de la rénovation d'une aile du musée, le film nous plonge au cœur de cette institution colossale, et nous fait partager l'intimité de ses employés. Directeur général, conservateurs, équipes de nettoyage, manutentionnaires ou historiens d'art, tous passionnés et passionnants nous entraînent dans leur quotidien, au service des œuvres.
....................................................................................................................................................................................
15h55 Un musée pour l'humanité. Quai Branly, naissance d'un musée
un film de Richard Copans (52 mn)
Un bâtiment neuf, à peine sorti de terre, telle une matrice, va accueillir une collection d'œuvres venues de loin. Pendant trois mois, une communauté s'active : ouvriers et restaurateurs, socleurs et scientifiques. Les enjeux sont puissants, les situations fortes, chacun se révèle.

 
NATIONAL GALLERY




Histoires de peintures...

 
Programme audiovisuel
salle Mondrian
(entrée libre dans la limite des places disponibles)
 
La série « La vie cachée des œuvres » : choisir un grand peintre dans les collections du musée du Louvre, décrocher tous ses tableaux des murs, les sortir de leurs cadres, les poser sur un chevalet à hauteur du regard, les rassembler tous dans une même salle. Faire venir du monde entier des conservateurs, des historiens, des restaurateurs, des scientifiques - les plus grands spécialistes de l'œuvre du peintre et les réunir dans la salle avec les œuvres pendant deux jours. Les laisser étudier et discuter en toute liberté. C'est ainsi que le spectateur, invité à entrer au coeur de ces rencontres, découvre l'actualité de la recherche, en observant scientifiques, historiens de l'art et experts internationaux qui s'interrogent à partir des études techniques les plus récentes menées par le laboratoire des musées de France.

10h15 La vie cachée des œuvres : Rembrandt
un film de Stan Neumann et Juliette Garcias (43 mn)
Rembrandt a-t-il peint Le Boeuf écorché pour répondre à la commande d'une enseigne de boucher ? Tel tableau est-il une « copie » : une reproduction mécanique d'un original du maître fait à son époque, une œuvre de son atelier ou uniquement de sa main ? Telles sont les questions qui animent cet épisode.
VOIR UN EXTRAIT voir un extrait
....................................................................................................................................................................................
11h15 La vie cachée des œuvres : Watteau
un film de Stan Neumann et Juliette Garcias (43 mn)
Dans cet épisode consacré à Watteau, Juliette Garcias et Stan Neumann nous invitent à partager les questionnements des scientifiques autour de deux œuvres majeures, le Pierrot et L'Embarquement à Cythère, sans oublier de magnifiques petits tableaux comme Les Deux Cousines.
VOIR UN EXTRAIT voir un extrait
....................................................................................................................................................................................
12h15 La vie cachée des œuvres : Poussin
un film de Stan Neumann et Juliette Garcias (43 mn)
Le musée du Louvre a acquis une nouvelle version de La Fuite en Égypte, de Nicolas Poussin, pour le musée des Beaux Arts de Lyon. Il existe une autre Fuite en Égypte attribuée à l'artiste par les plus éminents spécialistes. La question de l'authenticité de l'un des deux tableaux divise les historiens de l'art. Mais, étonnamment les réponses viennent parfois des bataillons juridiques qui résistent à la désattribution d'une œuvre
....................................................................................................................................................................................
13h15 La vie cachée des œuvres : Raphaël
un film de Stan Neumann et Juliette Garcias (43 mn)
Nous découvrons le fonctionnement complexe de l'atelier du grand maître de la Renaissance à Rome. Nombre de tableaux sont ainsi travaillés à plusieurs mains. Qui en est alors le créateur ? Qui sont ses collaborateurs ? L'étude des dessins préparatoires, issus de la riche collection du Louvre, éclaire la compréhension de ces œuvres.
....................................................................................................................................................................................
14h15 La vie cachée des œuvres : Léonard de Vinci
un film de Stan Neumann et Juliette Garcias (43 mn)
Les œuvres de Léonard de Vinci sont parmi les plus célèbres du musée ; cependant les historiens de l'art doivent encore résoudre bien des questions, par exemple : qui étaient les destinataires de ces œuvres ? Léonard travaillait-il seul ? Qui étaient ses modèles ? La Joconde reste au coeur des discussions. La femme la plus célèbre du monde est une énigme : qui était-elle ?
....................................................................................................................................................................................
15h15 La vie cachée des œuvres : Goya
un film de Stan Neumann (52 mn)
Récemment, plusieurs des œuvres de Goya, dont Le Colosse, conservé au Prado, ont fait l'objet de controverses sur leur attribution. Dès lors, un vent de suspicion souffle sur les œuvres conservées dans les plus grands musées du monde. Quelles étaient les méthodes de Goya ? Sait-on quels pigments il utilisait ? Comment interpréter les traces de signature qui apparaissent aux rayons X ? Autant de questions d'actualité qui rendent encore plus passionnante cette journée d'étude de Goya qui sera suivie de travaux de laboratoire sur des œuvres de petits formats choisies par le musée du Louvre. Une enquête qui nous entraînera également à la suite des experts à Lens et à Lille.

 
LA VIE CACHEE DES ŒUVRES : REMBRANDT




Historiens de l'art...

 
Programme audiovisuel
Collection « Entretiens du Louvre »
salle Lascaux
(entrée libre dans la limite des places disponibles)
 
« Ces films se veulent des rencontres, rencontres avec des hommes, rencontres avec des idées, rencontres avec des méthodes... Tout en se servant des moyens du cinéma, de ses capacités d'évoquer le passé et souvent même l'invisible, ces films amènent le spectateur à se trouver face à face, en tête à tête avec l'historien d'art »
Michel Laclotte

10h30 Les métamorphoses de Jurgis Baltrusaitis
un film de Sandre Joxe (42 mn)
....................................................................................................................................................................................
11h30 André Chastel, un sentiment de bonheur
un film de Edgardo Cozarinsky (52 mn)
VOIR UN EXTRAIT voir un extrait
....................................................................................................................................................................................
12h30 Charles Sterling, un chasseur dans la nuit médiévale
un film de Richard Copans (60 mn)
VOIR UN EXTRAIT voir un extrait
....................................................................................................................................................................................
13h30 Francis Haskell, questions de goût
un film de Renan Pollès (60 mn)
....................................................................................................................................................................................
14h30 Federico Zeri, l'occhio
un film de Eduardo de Gregorio (60 mn)
....................................................................................................................................................................................
15h30 Hans Belting, le lieu des images
un film de Yves Breuil (60 mn)

 
ANDRÉ CHASTEL, UN SENTIMENT DE BONHEUR




Histoire d’artistes femmes...

 
Programme audiovisuel
salle Délos
(entrée libre dans la limite des places disponibles)
 
10h15 Artistes femmes
un film de Manuelle Blanc (52 mn)
(Arte, Ex nihilo)
De la Renaissance au début du XXe siècle et de Rome à Paris en passant par Londres, les artistes femmes ont lutté pendant des siècles pour accéder à la reconnaissance, entre petites avancées et longs moments d’exclusion. Il fallait la force d’une Artemisia Gentileschi pour se hisser dans le cercle des grands peintres de son temps, le talent d’une Angelica Kauffmann pour séduire la cour d’Angleterre et devenir une des fondatrices de la Royal Academy of Arts ou la ténacité d’une Suzanne Valadon pour changer nos représentations du corps féminin. Par leur talent et leur courage, ces femmes ont souvent gagné l’estime de leurs pairs. Mais l’histoire officielle, considérant l’art au féminin comme mineur, les a largement oubliées. Au fil des tableaux, des styles et des époques, un film sur des femmes exceptionnelles, auxquelles les historiens d'art sont en train de redonner la place qu'elles méritent.
VOIR UN EXTRAIT voir un extrait

 
HENRI DE TOULOUSE-LAUTREC, GUEULE DE BOIS, PORTRAIT DE SUZANNE VALADON (DETAIL), FOGG ART MUSEUM




Histoires de Picasso...

 
Programme audiovisuel
Salle Délos
(entrée libre dans la limite des places disponibles)
 
Si 2019 a célébré Pablo Picasso au travers de nombreuses expositions tant en France qu’à l’étranger, l’année 2020 ne sera pas en reste avec une programmation internationale . En écho à ces années picassiennes, quatre films, dont l’iconique Mystère Picasso, pour raconter le peintre le plus emblématique du XXe siècle.

11h30 Le mystère Picasso
un film de Henry-Georges Clouzot (78 mn)
œuvre unique, ce film est la seule tentative de rendre compte cinématographiquement du processus de création. Sous la direction du cinéaste Henry-Georges Clouzot, et grâce à un procédé ingénieux de verre transparent et d'encre spéciale, Picasso compose plusieurs œuvres sous nos yeux. Le mystère Picasso est un film essentiel pour qui s'intéresse à l'art du XXe siècle. Primé à Cannes en 1956, il retrace la rencontre exceptionnelle entre le peintre et le cinéaste.
....................................................................................................................................................................................
12h50 Picasso. Naissance de l'icône
un film de Hopi Lebel (52 mn)
(INA, Welcome, RMN-Grand Palais, avec la participation de France Télévisions)
Centré sur la figure publique de Picasso, ce documentaire d'Hopi Lebel et de Stéphane Guégan avec la collaboration d'Olivier Widmaier Picasso, raconte comment Picasso participa à l'écriture de sa propre légende jusqu'à y englober sa vie privée, l'homme et l'artiste ne faisant plus qu'un. Génie, artiste engagé et précurseur, inventeur de l'art moderne, séducteur, patriarche : l'image de Pablo Picasso n'a cessé d'évoluer depuis son arrivée à Paris au début du XXe siècle. L'exploration d'archives rares ou inédites, incluant des témoignages de proches, associée à l'analyse d'historiens de l'art et de l'artiste contemporain Jeff Koons, éclaire d'un jour nouveau la figure du peintre le plus célèbre du monde et révèle comment l'image a accompagné la naissance de l'icône.
VOIR UN EXTRAIT voir un extrait
....................................................................................................................................................................................
13h45 Picasso. L'inventaire d'une vie
un film de Hugues Nancy (115 mn)
(Gédéon, RMN-GP, Arte, Welcome)
Pablo Picasso est peut-être l'artiste le plus connu et le plus prolifique du vingtième siècle ; il n'en reste pas moins auréolé d'un mystère que ce film, conçu pour le grand public, ambitionne de dissiper. De nombreuses archives inédites, des interviews exclusives de la famille Picasso enrichissent le récit comme une trace documentaire essentielle à la compréhension du peintre et de l'homme. Le réalisateur mène une enquête presque policière à partir du décès de Pablo Picasso, le 8 avril 1973. La succession de l'artiste semble alors déchirer toute une famille ; mort sans avoir rédigé de testament, le maître laisse derrière lui un héritage gigantesque qu'il revient à la justice de partager... Les ingrédients d'une incroyable saga qui allait marquer la France des années 70... Des années après sa disparition, il est temps de regarder par-delà le mythe et de partir à la recherche de Pablo Picasso, l'homme aux sept vies et l'inventeur de l'art moderne.
VOIR UN EXTRAIT voir un extrait
....................................................................................................................................................................................
15h45 Matisse Picasso
un film de Philippe Kholy (60 mn)
(Réunion des musées nationaux-Grand Palais, les Films d'ici)
Entre Matisse et Picasso, la rivalité et la fraternité, l'admiration et le respect ont tissé l'une des amitiés artistiques les plus fascinantes du siècle. Portrait croisé de deux géants de l'art moderne, le film s'avance au plus près de leur personnalité et de leur travail, à travers le témoignage de leurs proches, en nus donnant à voir directement les œuvres qui rythment cette confrontation. Avec, en filigrane, de rares documents d'archives.

 
MUSÉE PICASSO




Informations pratiques

 
Venir à l'École du Louvre
Métro : Palais Royal, Tuileries, Pyramides
Ouvert tous les jours de 9h30 à 17h30 sauf samedi et dimanche
Téléphone : 01 55 35 18 00
www.ecoledulouvre.fr




Pour cette journée de Portes ouvertes,
nos remerciements aux équipes de l'École du Louvre, aux cinéastes, maisons de production et de distribution et à nos fidèles complices :
 
 


 
Crédits photographiques :
photo 1 : Musée des Beaux Arts de Valenciennes
photo 2 : WIKIMEDIA COMMONS/JULIEN CHATELAIN
photo 3 : WIKIMEDIA COMMONS/Musée du Louvre
photos 4, 5 : ML/Ecole du Louvre
photo 6 : Lola Meyrat/EDL
photo 7 : Musée des Augustins, Toulouse/DR
photo 8 : Pascal Dolémieux/EDL
photo 11 : National Gallery
photo 14 : Fogg Art Museum
photo 15 : Musée Picasso