Ecole du Louvre

info +


Le site de ParcoursSup

 

Date du concours :
samedi 18 avril

Arcueil, maison des examens

 

Modalités du concours

 

Liste des oeuvres
au programme

Partager Enviar a un amigo Versión para impresora    A- | A+

Concours d'entrée en premier cycle

Le test probatoire d’entrée à l’École du Louvre fait peau neuve et devient le Concours d’entrée en premier cycle de l’École du Louvre.

Le Concours d’entrée en premier cycle de l’École du Louvre est l’unique porte d’entrée pour l’accès en première année de premier cycle. Il a comme objectif d’évaluer si les candidats ont les aptitudes et les compétences nécessaires pour entreprendre et poursuivre avec les meilleures chances de succès les études de premier cycle de l’École du Louvre (trois années d’études).

 
Le concours d’entrée tient compte de deux nouveaux paramètres :   

  • à partir de 2020, l’École du Louvre entre dans le dispositif Parcoursup,
  • l’École souhaite sélectionner des candidats préparés à sa spécificité pédagogique.

 


Quelle est la pédagogie spécifique de l’École du Louvre en premier cycle ?

Deux éléments fondamentaux et originaux la constituent : son programme et sa méthode.

Alors que les universités françaises favorisent désormais la pluridisciplinarité pendant les premières années des études, en facilitant les passerelles entre une discipline et une autre, l’École du Louvre a choisi de concentrer son programme sur l’histoire de l’art et l’archéologie, ancrées sur les témoignages matériels des civilisations.

Fondée sur l’apprentissage du regard et de la relation directe avec l’œuvre d’art, appréhendée dans son histoire mais aussi dans sa matérialité, la pédagogie de l’École sollicite activement la mémoire (visuelle et textuelle), tout comme la réflexion (comparative, contextuelle).

Le premier cycle combine de manière originale deux modules : le premier fournit un socle de connaissances complet d’histoire générale de l’art, le second propose un choix de spécialité, parmi la trentaine que propose l’École. Le tronc commun aborde successivement, pendant trois ans, et sous une forme condensée, toutes les périodes et tous les continents par le biais de leurs productions artistiques et de leurs civilisations. S’y ajoutent une approche des techniques de création, de l’histoire des collections et de l’iconographie, un enseignement de langues vivantes et éventuellement de cours optionnels. En troisième année, quelques cours sont dispensés en langues étrangères.

Assimiler ce socle de connaissances requiert :

  • une curiosité et un goût prononcés pour l’art, les musées, le patrimoine, la lecture…,
  • une force de travail importante,
  • des acquis préalables assurant une bonne capacité à se situer dans l’espace et le temps,
  • une très bonne maîtrise de l’écrit,
  • une autonomie et une maturité suffisantes.
     

L’évaluation repose principalement sur la restitution raisonnée de connaissances à l’écrit. Car, pour des raisons de structure et d’organisation de l’enseignement à l’École, majoritairement confié à des conservateurs et professionnels de musées et du patrimoine, la part de contrôle continu et d’évaluation orale est limitée. Les examens sont donc majoritairement positionnés en contrôle terminal et consistent en épreuves écrites : dissertations ou commentaires d’œuvres, dont la méthode s’éprouve au cours de l’enseignement devant l’œuvre ou en salles de cours à l’École et de séances de tutorat, proposées sur la base du volontariat en première année.
 


Première étape du concours :
une pré-sélection effectuée dans Parcoursup

 
Le dispositif Parcoursup est l'unique voie d'accès à l'inscription au concours.
Frais de dossier : 65 euros (boursiers exonérés)

Une première sélection des candidats est opérée à partir des notes du baccalauréat de français de Première et de celles de certaines matières évaluées en contrôle continu pendant l’année de Première et les deux premiers trimestres de Terminale.
Les candidats pré-sélectionnés sont convoqués entre le 10 et le 15 avril pour la deuxième étape du concours.
Les candidats qui ont suivi en Terminale l’option de spécialité « Histoire des arts » sont dispensés de pré-sélection et directement convoqués à la deuxième étape.
 


Deuxième étape du concours :
une épreuve écrite composée de trois exercices
 

  • Une série de questions permettant d’évaluer la capacité des candidats à se situer dans l’espace (lecture de cartes, plans, etc.) et dans le temps (maîtrise de repères chronologiques, usage d’une chronologie).

Le programme du tronc commun de première année de premier cycle portant sur les périodes anciennes, les civilisations et les sites archéologiques des Antiquités orientales, égyptiennes, grecques, romaines ainsi qu’indiennes et chinoises, il est indispensable que les élèves puissent asseoir leurs futures acquisitions de connaissances sur de solides structures spatio-temporelles.
Durée de l’épreuve : environ 20 mn. 20 points.

  • Un exercice de description d’une œuvre d’art

Cette épreuve permet évaluer les capacités d’observation et d’attention portée à une œuvre (reprographiée en couleurs) soumise aux candidats, ainsi que leur aptitude à structurer une description, en conjuguant acuité du regard, précision du vocabulaire et maîtrise de l’expression écrite.
Durée de l’épreuve : environ 40 mn. 20 points.

  • Une composition d’histoire de l’art

Cette composition écrite fait appel à la culture scolaire et personnelle du candidat, mais rend également compte de la préparation de l’épreuve accomplie pendant l’année scolaire en cours. Ainsi le sujet qui doit être traité permet de faire appel à certaines des œuvres mises annuellement au programme (voir plus loin), de les associer –éventuellement avec d’autres- dans un propos clair et organisé. L’épreuve permet aussi d’apprécier la correction de la langue et les qualités d’expression écrite du candidat.
Durée de l’épreuve : environ 2h00. 40 points.

Une liste limitative d’œuvres (entre 25 et 40 au maximum) est fournie au début de l’année scolaire aux candidats sur le site internet de l’École du Louvre. Les œuvres Les œuvres inscrites sur cette liste – sites patrimoniaux, monuments historiques, objets et œuvres conservés dans les collections publiques, en France et à l’étranger – constituent un programme annuel qui doit avoir fait l’objet d’un travail préalable par les candidats.
Les œuvres au programme sont facilement accessibles sur les sites internet des institutions qui ont la charge de leur conservation et de leur valorisation. Il est recommandé aux candidats de consulter en priorité les ressources documentaires disponibles en ligne sur ces sites institutionnels. Une bibliographie très sommaire, composée d’un ou deux ouvrages d’histoire générale de l’art, peut être proposée en complément.
Consulter les oeuvres au programme
 


Conseils pour la préparation du concours d’entrée à l’École du Louvre

Se préparer suppose une solide motivation et un engagement personnel.
Il n’est pas nécessaire de suivre des cours ou une préparation collective.

  • Le premier exercice repose sur la maîtrise générale d’un cadre chronologique et topographique (histoire humaine et géographie physique). Les connaissances acquises au cours de l’enseignement secondaire le fournissent. Il est bon d’en faire une révision large, des grandes périodes de la préhistoire à nos jours (dates-clés), de la géographie physique et historique de la France aux grands équilibres planétaires.
     
  • Le deuxième exercice est une description d’œuvre d’art. Il n’y a pas de méthode toute faite pour traduire en mots ce que l’on voit. Trois critères sont cependant fondamentaux : la capacité à aiguiser son regard, la précision du vocabulaire, la structuration et la qualité du texte produit. Cette épreuve n’appelle pas de connaissances particulières en histoire de l’art.
     
  • Le troisième exercice est une composition d’histoire de l’art, traitant un sujet assez général portant sur une longue période chronologique et couvrant aire géographique étendue. Elle se fonde sur le travail fourni par le candidat à partir des œuvres du programme établi par l’École du Louvre.
    Elle doit permettre d’apprécier l’aisance des candidats dans l’usage de la langue écrite, du point de vue de la maîtrise de la forme (orthographe, grammaire, syntaxe, élégance du style) comme dans la conduite d’un raisonnement argumenté et illustré. Il est impératif de structurer cette composition par la présence d’une introduction, présentant le sujet, ses enjeux, et annonçant le plan choisi. Le développement sera ensuite organisé en quelques parties, articulées entre elles, dont les idées-clés seront étayées par des exemples référencés (titre [toujours souligné], date, lieu de conservation / localisation). Le devoir se terminera par une conclusion récapitulant les grandes lignes de l’argumentation.
    La spécificité d’une composition d’histoire de l’art est d’être une démonstration qui prend appui sur des exemples concrets se référant à des œuvres précisément nommées et identifiées. On veillera à ne pas accumuler l’évocation d’exemples, mais à les introduire judicieusement au fil du développement, en en justifiant le choix. Les candidats pourront puiser ces exemples dans la liste limitative d'oeuvres au programme, mais aussi valoriser leur culture visuelle.

 

bandeau0bandeau1bandeau2Ecole du Louvreenseñanzavida estudianteinternacionalinvestigaciónpublicacionescolecciones documentaleshandicap
 

L'Ecole du Louvre vue... 
par la Fondation Culture & Diversité

Télégrammes

 

Alexandre Asanovic, conservateur d’État des bibliothèques, ancien élève de l’ENSSIB, diplômé d’études approfondies en Archéologie des périodes historiques avec une recherche sur Les formes de l’habitat colonial du littoral septentrional de la mer Noire ; précédemment chef du service Collecte, Traitement et Flux à la Direction des Bibliothèques et de la Documentation du Muséum national d'Histoire (2017-2019), responsable du pôle Collections à la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (2012-2016), est nommé chef des services documentaires de l’École du Louvre à compter de janvier 2020. 
 

Offres d'emploi, de stages, bourses de recherche, résidences, appels à candidature... sur LinkedIn de l'École du Louvre
Linkedin

 

Evelyn Courchinoux est décédée ce mois de janvier à l’âge de 75 ans. Historienne de l’art, elle remplit ses premières missions  au service de l'Action culturelle du ministère de la Culture (1969-1978) puis à l’École du Louvre où elle a travaillé durant près de trente années en tant que chargée d'études documentaires à la photothèque. Responsable du secteur médiéval, de l'iconographie des cours d'architecture et de sculpture ; polyglotte, éblouie par la Grèce, de la culture classique à la Callas, elle a partagé ses passions et servi passionnément. Aujourd’hui dans la peine, son École, ses collègues et ses amis du Louvre et des musées lui rendent ici hommage.

 

Bacon. En toutes lettres
Centre Pompidou
11 septembre 2019-20 janvier 2020

Pour se tenir informé de l'actualité de l'Ecole du Louvre, abonnez-vous à la lettre d'information 
 

Lettres précédentes :
Janvier 2020
Décembre 2019
Novembre 2019

Figure d'artiste
Musée du Louvre
25 septembre 2019-29 juin 2020

Les musées de Marseille

Vigipirate
Plan Vigipirate/Attentat :
La présentation des cartes (élèves, auditeurs, enseignants) est obligatoire. Selon les dispositions renforcées du plan Vigipirate, il est  interdit d'introduire des bagages dans l'établissement, quelle qu'en soit la taille. Cette mesure s'applique à l'ensemble des usagers : élèves, auditeurs, agents et intervenants pédagogiques.
L’Ecole remercie par avance ses publics de faire preuve de compréhension quant au ralentissement induit par les contrôles de sécurité aux entrées.
 

             Logo du ministère de la culture  

Entrer à l'Ecole du Louvre

Le test probatoire d’entrée à l’École du Louvre fait peau neuve et devient le Concours d’entrée en premier cycle de l’École du Louvre.
Comme l’ancien test probatoire, le Concours d’entrée en premier cycle de l’École du Louvre est l’unique porte d’entrée pour l’accès en première année de premier cycle. Il a toujours comme objectif d’évaluer si les candidats ont les aptitudes et les compétences nécessaires pour entreprendre et poursuivre avec les meilleures chances de succès les études de premier cycle de l’École du Louvre (trois années d’études). Ces études sont mises sous le signe d’une pédagogie unique, qui a fait ses preuves depuis la fondation de l’École, en 1882, même si elle s’est modernisée au fil de son histoire.
 
Le concours d’entrée tient compte de deux nouveaux paramètres :
■ à partir de 2020, l’École du Louvre entre dans le dispositif Parcoursup,
■ l’École souhaite sélectionner des candidats préparés à sa spécificité pédagogique.

En savoir plus

lire la suite...
Les images de la Passion dans l’Occident médiéval et moderne

Au cœur du christianisme se situe le récit de la Passion, qui relate les tout derniers moments de la vie terrestre de Jésus, depuis son arrestation jusqu’à sa mort sur la croix. Dans les Évangiles, la Passion est précédée de l’institution de l’Eucharistie, et suivie par la Résurrection de celui qui est reconnu, par les croyants, comme Dieu incarné.
Le Moyen Age et les Temps modernes ont laissé de très nombreuses représentations des différents moments évoqués par les textes et par la tradition. Les plus grands artistes s’y sont employés, dans une culture occidentale qui considérait les images comme un vecteur fondamental de la transmission de la foi.
Les différentes séances de ce nouveau programme suivront le fil du récit de la Passion pour proposer une étude iconographique et iconologique de chaque épisode du cycle.
 

Cycle découverte :
Les images de la Passion dans l’Occident médiéval et moderne

Par Pauline Duclos-Grenet,
docteure en histoire de l’art médiéval,
ancienne élève de l’Ecole normale supérieure, professeure d’histoire

Les 6, 13, 20, 27 mars et 3 avril 2020, de 18h30 à 20h00.

Informations et inscriptions

lire la suite...
Soutenir l'Ecole avec la taxe d'apprentissage

Participer au développement de l'École, des programmes d'études, développer les actions internationales, abonder des bourses et des allocations de recherche... miser sur l'avenir ! C'est le choix des entreprises qui soutiennent l'École du Louvre via le versement de leur taxe d'apprentissage.

 
Élèves, auditeurs, enseignants, professionnels des musées et du patrimoine, amis de l'Ecole, si vous avez parmi vos connaissances ou vos proches, des personnes occupant des postes dans des sociétés assujetties à cet impôt, pourriez-vous les sensibiliser à la démarche de l’École et les inciter à participer à notre projet pour que leur entreprise verse tout ou partie de cet impôt à notre établissement ? N’hésitez pas à nous faire connaître les éventuelles personnes ressources pour établir un premier contact.

Plus d'informations

lire la suite...
la jeune recherche à l’École du Louvre

L’important nombre de thèses de troisième cycle qui parviennent à soutenance début 2020 montre la vitalité de la jeune recherche à l’École du Louvre. Dans leur grande majorité, les thèses soutenues ont fait l’objet d’un co-encadrement ou d’une co-direction avec des universités françaises ou étrangères. Des partenariats sont aussi bien conclus avec l’École Pratique des Hautes Études, qu’avec plusieurs universités de régions, Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’université de Heidelberg et les jurys sont composés d’éminentes personnalités des musées et des universités d’Europe et des États-Unis. Quatre soutenances ont eu lieu avant décembre 2019, cinq sont prévues au cours du mois de décembre, quatre enfin sont attendues début 2020.

En savoir plus

Calendrier des soutenances

lire la suite...