Ecole du Louvre

info +


Le site de ParcoursSup

 

Date du concours :
samedi 18 avril

Arcueil, maison des examens

 

Modalités du concours

 

Liste des oeuvres
au programme

Partager Send to friend Printer-friendly version    A- | A+

Concours d'entrée en premier cycle

Le test probatoire d’entrée à l’École du Louvre fait peau neuve et devient le Concours d’entrée en premier cycle de l’École du Louvre.

Le Concours d’entrée en premier cycle de l’École du Louvre est l’unique porte d’entrée pour l’accès en première année de premier cycle. Il a comme objectif d’évaluer si les candidats ont les aptitudes et les compétences nécessaires pour entreprendre et poursuivre avec les meilleures chances de succès les études de premier cycle de l’École du Louvre (trois années d’études).

 
Le concours d’entrée tient compte de deux nouveaux paramètres :   

  • à partir de 2020, l’École du Louvre entre dans le dispositif Parcoursup,
  • l’École souhaite sélectionner des candidats préparés à sa spécificité pédagogique.

 


Quelle est la pédagogie spécifique de l’École du Louvre en premier cycle ?

Deux éléments fondamentaux et originaux la constituent : son programme et sa méthode.

Alors que les universités françaises favorisent désormais la pluridisciplinarité pendant les premières années des études, en facilitant les passerelles entre une discipline et une autre, l’École du Louvre a choisi de concentrer son programme sur l’histoire de l’art et l’archéologie, ancrées sur les témoignages matériels des civilisations.

Fondée sur l’apprentissage du regard et de la relation directe avec l’œuvre d’art, appréhendée dans son histoire mais aussi dans sa matérialité, la pédagogie de l’École sollicite activement la mémoire (visuelle et textuelle), tout comme la réflexion (comparative, contextuelle).

Le premier cycle combine de manière originale deux modules : le premier fournit un socle de connaissances complet d’histoire générale de l’art, le second propose un choix de spécialité, parmi la trentaine que propose l’École. Le tronc commun aborde successivement, pendant trois ans, et sous une forme condensée, toutes les périodes et tous les continents par le biais de leurs productions artistiques et de leurs civilisations. S’y ajoutent une approche des techniques de création, de l’histoire des collections et de l’iconographie, un enseignement de langues vivantes et éventuellement de cours optionnels. En troisième année, quelques cours sont dispensés en langues étrangères.

Assimiler ce socle de connaissances requiert :

  • une curiosité et un goût prononcés pour l’art, les musées, le patrimoine, la lecture…,
  • une force de travail importante,
  • des acquis préalables assurant une bonne capacité à se situer dans l’espace et le temps,
  • une très bonne maîtrise de l’écrit,
  • une autonomie et une maturité suffisantes.
     

L’évaluation repose principalement sur la restitution raisonnée de connaissances à l’écrit. Car, pour des raisons de structure et d’organisation de l’enseignement à l’École, majoritairement confié à des conservateurs et professionnels de musées et du patrimoine, la part de contrôle continu et d’évaluation orale est limitée. Les examens sont donc majoritairement positionnés en contrôle terminal et consistent en épreuves écrites : dissertations ou commentaires d’œuvres, dont la méthode s’éprouve au cours de l’enseignement devant l’œuvre ou en salles de cours à l’École et de séances de tutorat, proposées sur la base du volontariat en première année.
 


Première étape du concours :
une pré-sélection effectuée dans Parcoursup

 
Le dispositif Parcoursup est l'unique voie d'accès à l'inscription au concours.
Frais de dossier : 65 euros (boursiers exonérés)

Une première sélection des candidats est opérée à partir des notes du baccalauréat de français de Première et de celles de certaines matières évaluées en contrôle continu pendant l’année de Première et les deux premiers trimestres de Terminale.
Les candidats pré-sélectionnés sont convoqués pour la deuxième étape du concours.
Les candidats qui ont suivi en Terminale l’option de spécialité « Histoire des arts » sont dispensés de pré-sélection et directement convoqués à la deuxième étape.
 


Deuxième étape du concours :
une épreuve écrite composée de trois exercices
 

  • Une série de questions permettant d’évaluer la capacité des candidats à se situer dans l’espace (lecture de cartes, plans, etc.) et dans le temps (maîtrise de repères chronologiques, usage d’une chronologie).

Le programme du tronc commun de première année de premier cycle portant sur les périodes anciennes, les civilisations et les sites archéologiques des Antiquités orientales, égyptiennes, grecques, romaines ainsi qu’indiennes et chinoises, il est indispensable que les élèves puissent asseoir leurs futures acquisitions de connaissances sur de solides structures spatio-temporelles.
Durée de l’épreuve : environ 20 mn. 20 points.

  • Un exercice de description d’une œuvre d’art

Cette épreuve permet évaluer les capacités d’observation et d’attention portée à une œuvre (reprographiée en couleurs) soumise aux candidats, ainsi que leur aptitude à structurer une description, en conjuguant acuité du regard, précision du vocabulaire et maîtrise de l’expression écrite.
Durée de l’épreuve : environ 40 mn. 20 points.

  • Une composition d’histoire de l’art

Cette composition écrite fait appel à la culture scolaire et personnelle du candidat, mais rend également compte de la préparation de l’épreuve accomplie pendant l’année scolaire en cours. Ainsi le sujet qui doit être traité permet de faire appel à certaines des œuvres mises annuellement au programme (voir plus loin), de les associer –éventuellement avec d’autres- dans un propos clair et organisé. L’épreuve permet aussi d’apprécier la correction de la langue et les qualités d’expression écrite du candidat.
Durée de l’épreuve : environ 2h00. 40 points.

Une liste limitative d’œuvres (entre 25 et 40 au maximum) est fournie au début de l’année scolaire aux candidats sur le site internet de l’École du Louvre. Les œuvres Les œuvres inscrites sur cette liste – sites patrimoniaux, monuments historiques, objets et œuvres conservés dans les collections publiques, en France et à l’étranger – constituent un programme annuel qui doit avoir fait l’objet d’un travail préalable par les candidats.
Les œuvres au programme sont facilement accessibles sur les sites internet des institutions qui ont la charge de leur conservation et de leur valorisation. Il est recommandé aux candidats de consulter en priorité les ressources documentaires disponibles en ligne sur ces sites institutionnels. Une bibliographie très sommaire, composée d’un ou deux ouvrages d’histoire générale de l’art, peut être proposée en complément.
Consulter les oeuvres au programme
 


Conseils pour la préparation du concours d’entrée à l’École du Louvre

Se préparer suppose une solide motivation et un engagement personnel.
Il n’est pas nécessaire de suivre des cours ou une préparation collective.

  • Le premier exercice repose sur la maîtrise générale d’un cadre chronologique et topographique (histoire humaine et géographie physique). Les connaissances acquises au cours de l’enseignement secondaire le fournissent. Il est bon d’en faire une révision large, des grandes périodes de la préhistoire à nos jours (dates-clés), de la géographie physique et historique de la France aux grands équilibres planétaires.
     
  • Le deuxième exercice est une description d’œuvre d’art. Il n’y a pas de méthode toute faite pour traduire en mots ce que l’on voit. Trois critères sont cependant fondamentaux : la capacité à aiguiser son regard, la précision du vocabulaire, la structuration et la qualité du texte produit. Cette épreuve n’appelle pas de connaissances particulières en histoire de l’art.
     
  • Le troisième exercice est une composition d’histoire de l’art, traitant un sujet assez général portant sur une longue période chronologique et couvrant aire géographique étendue. Elle se fonde sur le travail fourni par le candidat à partir des œuvres du programme établi par l’École du Louvre.
    Elle doit permettre d’apprécier l’aisance des candidats dans l’usage de la langue écrite, du point de vue de la maîtrise de la forme (orthographe, grammaire, syntaxe, élégance du style) comme dans la conduite d’un raisonnement argumenté et illustré. Il est impératif de structurer cette composition par la présence d’une introduction, présentant le sujet, ses enjeux, et annonçant le plan choisi. Le développement sera ensuite organisé en quelques parties, articulées entre elles, dont les idées-clés seront étayées par des exemples référencés (titre [toujours souligné], date, lieu de conservation / localisation). Le devoir se terminera par une conclusion récapitulant les grandes lignes de l’argumentation.
    La spécificité d’une composition d’histoire de l’art est d’être une démonstration qui prend appui sur des exemples concrets se référant à des œuvres précisément nommées et identifiées. On veillera à ne pas accumuler l’évocation d’exemples, mais à les introduire judicieusement au fil du développement, en en justifiant le choix. Les candidats pourront puiser ces exemples dans la liste limitative d'oeuvres au programme, mais aussi valoriser leur culture visuelle.
     

Vous avez réussi le concours d'entrée

Après publication des résultats du concours, vous devez passer un test de langues téléchargeable en ligne.

  • 5 langues sont proposées :

  • anglais
  • allemand
  • espagnol
  • italien
  • français langue étrangère (réservée aux non-francophones)

Il n'est possible de ne passer qu'un seul test par élève. De même, on ne peut suivre qu'un seul cours de langue à l'École du Louvre et ce cours est conservé pendant la durée entière du premier cycle.

Ce test n'est pas noté, il permet de placer les élèves dans des groupes de niveau.

Il est possible de commencer une langue en débutant (italien ou allemand), mais vous devez néanmoins passer le test dans une langue que vous maîtrisez (au cas où les cours débutants seraient complets)

Afin de vous orienter au mieux dans le choix d’une langue, n’hésitez pas à consulter la page dédiée aux partenariats internationaux.

 

Actualités +

Si l’âge d’or des Grandes découvertes a légué à l’histoire de grands noms comme ceux de Magellan et Vasco de Gama, l’art portugais à l’époque moderne reste un domaine moins bien connu. Souvent rattaché à l’hégémonie de son voisin ibérique ou limité à son expression décorative (celle de l’azulejos), le florissant développement artistique du Portugal mérite pourtant la plus grande attention.
bandeau0bandeau1bandeau2the Ecole du Louvrethe courseslife as a studentinternationalresearchpublicationsdocument collectionshandicap
 

L'Ecole du Louvre vue... 
par la Fondation Culture & Diversité

Pour se tenir informé de l'actualité de l'Ecole du Louvre, abonnez-vous à la lettre d'information 
 

Lettres précédentes :
Novembre 2019
Octobre 2019
Septembre 2019

Bacon. Entoutes lettres
Centre Pompidou
11 septembre 2019-20 janvier 2020

Télégrammes

Sandra Décimo, historienne de l’art, ancienne élève de l’École du Louvre, diplômée de son troisième cycle avec une thèse consacrée à Jean Cassou, critique d’art entre les deux guerres, et de l’Université de Paris Panthéon Sorbonne avec une recherche de DEA sur La IVe République et les Arts ; précédemment responsable du département audiovisuel de l’École internationale de création audiovisuelle et de réalisation (2016-2019), est nommée cheffe du service des publics auditeurs et de la formation continue de l’École du Louvre à compter du 28 octobre 2019. Elle succède à Valentina Hristova qui en a assuré l’intérim, de janvier à juillet 2019, avant d’être nommée pensionnaire en histoire de l’art à la Villa Médicis-Académie de France à Rome.

 

Figure d'artiste
Musée du Louvre
25 septembre 2019-29 juin 2020

Les musées de Marseille

Vigipirate
Plan Vigipirate/Attentat :
La présentation des cartes (élèves, auditeurs, enseignants) est obligatoire. Selon les dispositions renforcées du plan Vigipirate, il est  interdit d'introduire des bagages dans l'établissement, quelle qu'en soit la taille. Cette mesure s'applique à l'ensemble des usagers : élèves, auditeurs, agents et intervenants pédagogiques.
L’Ecole remercie par avance ses publics de faire preuve de compréhension quant au ralentissement induit par les contrôles de sécurité aux entrées.
 

             Logo du ministère de la culture  

Entrer à l'Ecole du Louvre

Le test probatoire d’entrée à l’École du Louvre fait peau neuve et devient le Concours d’entrée en premier cycle de l’École du Louvre.
Comme l’ancien test probatoire, le Concours d’entrée en premier cycle de l’École du Louvre est l’unique porte d’entrée pour l’accès en première année de premier cycle. Il a toujours comme objectif d’évaluer si les candidats ont les aptitudes et les compétences nécessaires pour entreprendre et poursuivre avec les meilleures chances de succès les études de premier cycle de l’École du Louvre (trois années d’études). Ces études sont mises sous le signe d’une pédagogie unique, qui a fait ses preuves depuis la fondation de l’École, en 1882, même si elle s’est modernisée au fil de son histoire.
 
Le concours d’entrée tient compte de deux nouveaux paramètres :
■ à partir de 2020, l’École du Louvre entre dans le dispositif Parcoursup,
■ l’École souhaite sélectionner des candidats préparés à sa spécificité pédagogique.

En savoir plus

lire la suite...
Les arts portugais

Si l’âge d’or des Grandes découvertes a légué à l’histoire de grands noms comme ceux de Magellan et Vasco de Gama, l’art portugais à l’époque moderne reste un domaine moins bien connu. Souvent rattaché à l’hégémonie de son voisin ibérique ou limité à son expression décorative (celle de l’azulejos), le florissant développement artistique du Portugal mérite pourtant la plus grande attention. La mise en lumière par la recherche du peintre primitif Nuno Gonçalves (c. 1420-1490), ou celle plus récente de Josefa de Obidos (1630-1684), femme artiste spécialisée dans la peinture religieuse et les natures mortes, invitent à redécouvrir ces siècles de fertile production. L’art manuélin et son architecture ornée témoignent à la fin du XVe siècle du creuset prolifique qu’offrait la cour du roi Manuel Ier, alors même que la venue de Jan van Eyck en 1428 était déjà le signe d’influences cosmopolites fortes (flamandes, mauresques, italiennes…). Cette Renaissance portugaise, dotée d’une école de primitifs remarquables, puis d’un astre aussi brillant que le peintre italianisé Francisco de Holanda, se déploie de manière originale jusqu’aux confins de l’Empire dans une production d’objets précieux remarquable : faïences, ivoires et cabinets indo-portuguais à Goa, peintures Namban au Japon… Le développement du baroque y atteindra ensuite une apogée particulière, dans une opulence expressive éblouissante. Ce cycle invite à parcourir les facettes artistiques singulières d’un Empire dont l’extension continentale a fait l’une des toutes premières puissances mondiales.
 

Cycle découverte :
Les arts portugais (XVe-XVIIIe siècles)

Avec
Sylvie Deswartes Rosa, directeur de Recherche émérite au CNRS, Institut d'histoire des représentations et des idées dans les modernités (IHRIM), Ecole Normale Supérieure de Lyon
Philippe Mendes, historien de l'art, galeriste
Yves Pauwels, professeur d'histoire de l'art moderne, membre de l'Institut universitaire de France, Université François-Rabelais-Tours
Romain Thomas, maître de conférences en histoire de l'art moderne , université Paris Nanterre
Céline Ventura Teixeira, docteur en histoire de l'art, maître de conférences en histoire de l'art moderne, université Aix-Marseille

Les mardis 7, 14, 21, 28 janvier et 4 février 2020, de 19h00 à 20h30.

Informations et inscriptions

lire la suite...
la jeune recherche à l’École du Louvre

L’important nombre de thèses de troisième cycle qui parviennent à soutenance fin 2019 montre la vitalité de la jeune recherche à l’École du Louvre. Dans leur grande majorité, les thèses soutenues ont fait l’objet d’un co-encadrement ou d’une co-direction avec des universités françaises ou étrangères. Des partenariats sont aussi bien conclus avec l’École Pratique des Hautes Études, qu’avec plusieurs universités de régions, Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’université de Heidelberg et les jurys sont composés d’éminentes personnalités des musées et des universités d’Europe et des États-Unis. Quatre soutenances ont eu lieu avant décembre 2019, cinq sont prévues au cours du mois de décembre, quatre enfin sont attendues en janvier 2020.

En savoir plus

Calendrier des soutenances

lire la suite...
Le musée en scène : appel à communications

Les jeudi 23 et vendredi 24 avril 2020, l’École du Louvre, en partenariat avec le musée du Louvre (Centre Vivant-Denon), propose un colloque international intitulé « Le musée en scène : regards critiques sur la muséographie 1969-2019 ».  Le but du colloque sera de favoriser le renouvellement du discours critique porté sur le musée, sur son rôle public, sur ses contraintes, devenues souvent prégnantes pour ceux qui le dirigent.

Les propositions de communications (400 mots maximum) en anglais ou en français peuvent être adressées à :
cecilia.hurley-griener[a]ecoledulouvre.fr ou colloques[a]ecoledulouvre.fr
avant le 16 décembre 2019

En savoir plus et télécharger l'appel à comunication

lire la suite...
Junior classes à l'Ecole du Louvre

Deuxième session de junior classes d’histoire de l’art de l'Ecole du Louvre pour cette année scolaire 2019-2020. Ce programme expérimental d’éducation artistique et culturelle, propose des cycles de huit séances d’une heure, le jeudi de 18h30 à 19h30, hors des vacances scolaires, accessibles aux lycéens, jeunes étudiants, curieux et néophytes, avec pour cette nouvelle session trois grands cycles thématiques :
 

.Le paysage (décembre 2019-février 2020)
par Chantal Georgel

Peint, il est présent sur toutes les cimaises de tous les musées, où il triomphe avec l’impressionnisme. Mais sait-on qu’il fut un temps où on ne voyait ni ne percevait le paysage ? Un temps où le peindre relevait d’un genre mineur ? C’était avant qu’il ne suscite l’intérêt et même devienne une mode (par le travail du plein-air), dès le milieu du XIXe siècle, laquelle était portée par un amour croissant de la Nature associé à la découverte et l’invention de nouveaux lieux, réels ou imaginés, bien avant encore que l’on n’en saisisse la fragilité, et l’impérieuse nécessité de le protéger et de le sauvegarder.
 

Prochain cycle :
.Les couleurs et leur histoire
(mars-mai 2020)
par Michel Pastoureau et Claude Coupry
 

Informations et inscriptions

lire la suite...
Portes Ouvertes : samedi 18 janvier

L'École du Louvre organise, le samedi 18 janvier 2020, de 10h00 à 17h00, une nouvelle journée de Portes Ouvertes : l'occasion pour le plus large public, lycéens, étudiants, futurs élèves, parents, professionnels de l’orientation, enseignants, etc., de découvrir l'École, ses enseignements et ses débouchés. Conférences, tables rondes sur les métiers, informations sur les cursus, les équivalences et les partenariats français et internationaux, présentation des activités associatives (Association de l'École, École du Louvre Alumni, bureau des élèves, clubs du Bde, Junior entreprise...), projections de films d'histoire de l'art, témoignages d'anciens élèves devenus des professionnels reconnus... seront au programme de cette journée de découverte et d’échange.

Réservez votre date !

lire la suite...